Archives du mot-clé humanisme

Evolutions des consciences.

évolutions-des-consciences-2

Rabâcher les mêmes problèmes.

On nous dit souvent que tout est un cycle et doit reprendre inexorablement les mêmes chemins et les mêmes problématiques à régler. En cela le fatalisme est triomphant et parfaitement adéquat à créer un monde qui se superpose en couches plus déprimantes  les unes que les autres. Quand on connaît un peu l’histoire qui nous est raconté par les vainqueurs, l’idée de revivre les mêmes douleurs, incertitudes, destructions, indivitualismes ou dualités peut nous remplir d’effroi, car le bel horizon ne serait que pour le beau méritant et ça, je n’y crois pas une seconde !
Ce que j’ai appris déjà de ces aides à penser souvent sclérosés dans un savoir, les spécialistes des domaines strictes de la  » SCIENCE  » avec un grand S, c’est que par exemples: On ne peut revenir au même point face à l’expansion de l’univers qui est pour rappel, un enflement de l’espace et du temps. On ne retourne jamais au même endroit, puisque cet endroit n’est plus le même l’année suivant. pour rappel la planète terre est un vaisseau spatial qui voyage dans l’univers à des vitesses incroyables et penser le contraire est déjà une limite des fatalistes qui pense que tout est cycle.
L’evolution de l’humain à travers un monde qui est un Pharmakon (système dual à la fois un poison et son remède) nous enseigne une chose essentielle que beaucoup de personnes ont du mal à se représenter: ce n’était pas mieux avant ! ou tout du moins dans la civilisation en cours. Dans le passé de notre civilisation, les instruits étaient très peu, les gens étaient souvent soumis à la famine, à la maladie et à une violence plus grande que maintenant. Mais certaines communautés trouvaient le bon sens pour créer un paradis dans un monde rude car ils s’orientaient plus vers des remèdes que des poisons. Evidemment ces modes de vies des sociétés plus en phases avec le monde qui les entourerait se sont perdu dans les éducations conformistes des fatalistes qui ne trouvaient pas leur intérêt à rendre les peuples heureux.
Ainsi ces fatalistes opportunistes ont surfé sur la vague de la peur et de la loi d’évolution dite du plus fort, pour imposer des influences et des pouvoirs, c’est le fruit de la direction individualiste (individu duel) de notre société actuellement en voie de transformation. Mais comme tout monde est en perpétuelle évolution, certains trouverons le chemin pour s’extraire des conditionnements et des batailles.

Briser les chaînes du fatalisme.

Dans un monde duel, pour renverser la table de jeu il faut sortir des oppositions et relever le niveau de subjectivité. Cette vision est très difficile et beaucoup, s’y cassent les dents parce qu’ils utilisent les mêmes règles que le jeu et manque d’imagination novatrice. Ils ne changent pas d’angle de vue. C’est le cas par exemples personnes qui croient que le milieu politique actuel pourrait régler les problèmes de sociétés. Comme si d’une bataille d’égo et de parti pouvait faire surgir un sauveur emphatique et désintéressé, prêt à offrir aux peuples son savoir par amour. 😀 On souvent m’a traité de naïf ou d’idéaliste parce que je croyais profondément que les humains étaient bons, et capables de faire des choses pour le plaisir de faire évoluer la communauté humaine. Je pense que les plus naïfs sont ceux qui croient encore que ce sont les élections qui amélioreront la vie des peuples. Mettre un bulletin dans l’urne et attendre que l’élu règle des problèmes qui au mieux lui sont inconnu et au pire pense lui être néfaste ainsi qu’a la communauté qu’il représente est à mon sens un acte passif, voir inconscient. Je pense que l’élection est un outil du siècle dernier qui va disparaître pour le bien de tous, et voici pourquoi:

Une jeunesse instruite à régler des problématiques.

Grâce à l’accès toujours plus importante à la connaissance et au savoir, notamment grâce à l’outil prodigieux qu’est internet, nous pouvons accéder à des données qui étaient écarté ou cachées par la ligne directive qu’avait pris notre direction collective et ses senseurs. Les jeunes l’ont bien compris et se sont accaparé ces outils prodigieux qui leur permettent de croiser les données et surtout de ne plus se partager l’information de la pensée unique. Internet et les réseaux sociaux ont permis à un large public de découvrir ou re-découvrir que notre passé n’était pas si clair que ce qu’on nous le disait et que parfois des affirmations n’étaient que des suppositions sans fondements ou des dogmes bâtis sur des idéologies. Ainsi les grandes disciplines techniques et technologiques vivent des changements spectaculaires grâce aux partages des informations. La médecine traditionnelle est en train de muter en une combinaison de remède du corps, de l’esprit et d’autres corps plus subtils dont elle n’avait pas idée tant elle s’était éloigné de la spiritualité. La physique vit une révolution qui remet en doute la matière et le temps pour l’amener sur un terrain plus conscienciel. L’histoire est secoué par des découvertes qui remettent en doute notre vision d’un lointain passé par des angles différents sur des matériaux archéologiques notamment, présent pourtant depuis la nuit des temps. L’humain est en train de se redécouvrir bien plus complet que ce qu’il croyait être et sort de la décadence.
Une quantité de personnes curieux de plus en plus important et une grande part de jeunes se sont mis à rechercher toutes les données leur permettant de s’émanciper des visions dogmatiques traditionnelles, souvent soutenus par des grands groupes financiers dont l’immoralité grossit à l’égal de leurs comptes en banques. Ces nouveaux chercheurs se sont mis à partager des données dans des réseaux totalement ouverts et souvent aidés par des scientifiques plus humanistes, leur permettant de valider les infos et donc de séparer le vrai du faux. Ce qu’il compte maintenant n’est plus seulement les faits, d’autant que certains ne seraient pas mis au grand jour, mais aussi les intuitions qui s’installent en cohérences.
Tout ce bouillonnement de nouvelles idées et d’innovations sociétales apportent de nouvelles structures qui se construisent pour créer des foyers d’évolutions plus en phases avec l’esprit du bonheur pour tous et ainsi de se débarrasser des commémorations d’actes de violences et des barbaries du passé. Les jeunes l’ont bien mieux compris que les plus anciens, et on ne construit pas un beau futur en gardant les exemples du passé mais en avançant. Il est plus important de suivre les mouvements de la nature par exemples, que de compter les morts des anciennes guerres.
Une partie de la nouvelle  génération se relient aux rythmes des saisons, les mouvements lunaires et planétaires, réapprennent la nouvelle physique du micron et du macro monde ainsi que les sciences sociales, morales et paranormales, dans un souci de longévité, prospérité et qualité de vie basé sur le partage à l’image des réseaux sociaux qui font le lien. Les nouveaux apprentissages récupèrent des anciens savoir qui fonctionnaient avant l’emballement de l’industrialisation du siècle dernier et l’empoisonnement du vivant par les produits chimiques.

Les expansions de demain.

Je ne suis pas superstitieux et ne peux imaginer l’inéluctabilité d’un monde parfaitement huilé qui se créerait et se détruirait à heures fixes par des catastrophes humaines ou cosmiques et dont je ne serais qu’un acteur mineur. Ces peurs imposées par de nouveaux mouvements new age qui voudraient utiliser les mêmes outils de conditionnements que les religions du passé ne font que transmettre les craintes de voir évoluer ce monde. La physique quantique nous a démontré d’ailleurs (par l’expérience du chat de schrödinger) que l’action de la matière dépendait de l’observateur et ce qui devait arriver dans l’inconscient collectif, allait arriver. Je sais aussi qu’un être sans but n’est que l’ombre de lui-même et je crois que le but de l’humanité est de prendre soin du monde et des choses qui l’entoure et de voyager au delà de notre planète. Nous commençons vraiment à prendre conscience des véritables problématiques de notre civilisation et notre première victoire sera celle de n’abandonner personne à son sort en éradiquant la famine et instaurer le bonheur pour tous dans le respect et l’harmonie. Ensuite nous nous élancerons pour connaître notre univers et peut-être d’autres formes de vie, car ma conscience ne peut admettre que nous puissions être seul dans ce vaste champs d’investigation. Cultivons la joua et le bonheur pour le voir advenir au delà de tous nos rêves.
 😃
Merci de m’avoir lu,
Christophe, le samedi 22 avril 2017.
évolutions-des-consciences-1
Publicités

La violence: un-culte de l’homme.

La pensée destructrice.

A chaque fois que nous avons une pensée belliqueuse à l’égard d’une personne, quelle qu’elle soit, nous entretenons une idée, une vision, une création, certains diraient pour être au plus juste, un égrégore de guerre. C’est comme si chacune de nos pensées violentes devenaient une réalité et pire encore la réalité dans laquelle nous vivons. Notre pire ennemi n’est plus l’envahisseur du pays voisin, le voisin indélicat ou le pays opprimé qui nous terrorise à son tour. Notre pire ennemi c’est nous-même à travers les visions de guerres et de violences que nous proclamons tous les jours.

La guerre ne fait pas de gagnant. C’est perdant pour tout le monde. Pour vous en convaincre, vous pouvez commencer par regarder cette vidéo de Idriss Aberkane au Ted X Liège de 2016, elle offre une vision très claire de ces notions et je le remercie de prendre du temps pour faire passer ce message qui est l’un des plus important en ce moment.

https://youtu.be/0OIMNFxL7qc

Ce sujet si grave qu’est la violence, je déteste le traiter. Mais je veux m’y pencher car elle est omniprésente dans nos sociétés, de l’éducation à l’amour, de l’égalité à l’évolution, toutes les réponses que nous proposent les penseurs de nos modes de vies sont issues du  concept de dualité. Toutes créations de richesses est produit de la prédation et elle est pour moi un concept totalement obsolète et intellectuellement dégradant, car elle joue sur le principe de « la loi du plus fort ».Des principes ancestraux qui ne sont plus en phase avec une humanité instruite, globalement informé et proprement responsable de ses actes individuels et collectifs.

Inculquer les « bonnes manières » comme diraient les plus anciens d’entre nous, par la violence est tellement devenu une attitude dégradante de nos jours, qu’elle en devient irrecevable. La fessé notamment, qui était un patrimoine culturel de nos modèles éducatifs issues des chemins archaïques du manque de concept à une époque ou l’alphabétisation n’était qu’optionnelle, et que la conception éducative provenait de l’église catholique et sa vision d’un humain qui naît dans le pêché et doit se rectifier, n’a plus raison d’être. Cet outils de gestion de la colère par une décharge de violence, souvent envers les proches que l’on chéri le plus est un non-sens marqué dans les ADN et qu’il convient de désarmer lorsqu’on prend conscience de cette pulsion du geste indigne.

Nous sortons des dictatures de l’un, de l’obscurantisme religieux et nous nous détachons du voyeurisme des médias traditionnels souvents enclins à faire résonner le pire de nos moeurs. Nous voyons maintenant la bêtise humaine disparaître grâce à l’accès à l’information dans son intégralité et à l’instruction de tous, et le tournant est si prodigieux que je suis sûr de voir un jour s’éteindre tous les foyers de guerres, car elles n’ont plus lieux d’êtres. Les êtres humains capables d’intégrer ces problématiques sont déjà bien présents dans nos réalités et parfaitement visibles sur la toile internet et les réseaux sociaux et il ne faudra pas bien longtemps pour les voir insuffler de nouvelles pensées plus humanistes, même s’il faut désapprendre les réflexes dualistes avec beaucoup de rigueur. Les outils sont déjà là et des acteurs de la Communication Bienveillante tel que Thomas d’Ansembourg et David Van Reybrouck qui co-créent  « la paix ça s’apprend… Comme le vélo ! », nous permettent de bien visualiser les choses à changer pour voir disparaitre les idées préconçues d’un monde violent. (Ref: http://apprendreaeduquer.fr/la-paix-ca-sapprend/ ).

Les nouvelles écoles comme certaines en Finlande ou en suède, proposent déjà de bâtir sur le mot  « respect » et sont le parfait exemples de ces nouveaux outils d’apprentissages pour permettre aux futures générations de sortir de la dualité. (ref: Pourvu que le système éducatif finlandais nous inspire ! (VIDÉO) )

j’ai déjà entendu dire des personnes très sérieuses et instruites et qui m’expliquaient que le mots « empathie » avait peu de sens pour eux ou qu’il les effrayait, ce qui donne bien une vision de la hauteur de la tâche, mais une fois les barrières du conformisme à la violence dépassée, ils peuvent admettre que la place de l’humain n’est plus celle d’un prédateur, mais d’un être penseur capable de faire évoluer ses congénères, les autres espèces vivantes ainsi que la planète.

La course à l’énergie.

Le dernier bastion c’est l’énergie, car c’est le secteur qui produit le plus de guerres et de dissensions sur notre belle planète et nous sommes en train de nous défaire de cette emprise mortifère au plus grand désarroi d’une petite minorité d’êtres humains qui ont peur de voir disparaître leur pouvoir sur l’ensemble. En cela il n’y a plus de mal ni de bien, il y a un rééquilibrage des fondements de l’intérêt de la vie. Car à quoi bon vivre si l’on ne peut jouir de la vie ? Pourquoi venir sur cette planète pour passer sa vie à souffrir ou même simplement résoudre des problèmes sans profiter de la vie ?

La vie ne vaut d’être vécu que si l’on y prend du plaisir. Il nous faut pour cela réinvestir notre libido dans le sens du vrai concept de l’amour de ses proches et de la vie, dans les personnes qui nous entourent et leur bien être. Ce concept que j’avais perçu dans les travaux du philosophe Bernard Stiegler (ref: http://www.arsindustrialis.org/les-pages-de-bernard-stiegler ), qui nous expliquait que le marketing avait transféré notre libido dans les objets qui nous entourent sous la forme de pulsions d’achats et qu’il fallait le réorienter vers les loisirs et la famille en réinventant le concept de travail, loisirs et consommations. Récupérer de notre énergie personnelle en travaillant moins mais mieux, nous permettrait d’après lui de vivre beaucoup mieux pour nous-même et nos proches.

C’est une idée qui m’a beaucoup fait réfléchir, car ce n’est pas inné, quand on est élevé dans une société qui prône la consommation à tout prix, que de se re-accaparer du temps pour vivre l’être et plus seulement l’avoir. Cela a bouleversé totalement ma vision de la vie   car je courrais après le temps sans parvenir à en dégager suffisamment pour moi. Bien sûr j’ai toujours essayé d’intégrer un peu de « temps libre » afin de créer des images car c’est un hobby qui me détend bien, pour autant ce temps que je me bloquais pour créer, je n’en profitais pas vraiment car c’était toujours dans une sorte d’urgence, comme si il fallait absolument que je me presse pour faire toutes mes tâches obligatoires afin de grappiller du temps pour mes hobbies ou même sur du temps de sommeil, ce qui est une grossière erreur de calcul a long terme. Et puis en y réfléchissant, j’ai réorienté mes priorités et ainsi que les choses que je pouvais décaler ou placer plus tard et j’ai réussi à changer ma façon de vivre pour ralentir ma course au temps. Je ne dis pas que c’est parfait, mais c’est bien mieux qu’avant, ce qui ma permis de trouver des moments pour méditer, créer, profiter de mes proches un peu mieux et économiser beaucoup d’énergie de vie. Et la surprise de tout ça c’est la connexion avec moi-même, une partie de moi que je ne connaissais pas, une conscience supérieur, qui n’est pas autre chose que la plus belle version de moi, débarrassé du petit moulin intérieur qui stresse pour tout et n’importe quoi. Et je crois que c’est inconsciemment, de cela, que nous parle Bernard Stiegler dans sa proposition de se re-approprier notre libido. Cela nous fait accéder à une forme d’éveil énergétique qui se met en phase avec notre propre vie réelle et nous offre les réponses à ces problèmes récurent que nos chers politiciens, leaders et sauveurs de tout bords et idées ont tant de mal à régler. Dès que vous lâchez un temps soit peu le mental dans les moments de grands doutes, vous accédez a un autre niveau de conscience qui a réponse à tout ou presque. Et je suis extrêmement sincère dans ma vision du supra-conscient. Je pense que les Neo-humains qui commencent à prendre en charge les problèmes de société qui semblent insurmontables aux yeux de nos responsables actuels, sont en interconnexion avec un plus haut niveau de leur être.

Je l’ai perçu avec notamment un autre de nos éminents philosophe que je suivais beaucoup dans sa quête des grandes solutions, sans qu’il puisse malgré tous ses efforts littéraires, télévisuels ou de tribune journalistiques, faire bouger les lignes du bon sens, jusqu’à ce que  je l’écoute dire dans une interview sur France Culture:  » si je pense, je deviens végétarien. ( ref: https://www.franceculture.fr/emissions/le-monde-selon-michel-onfray/michel-onfray-si-je-pense-je-deviens-vegetarien )

Et là ça a fait tilt pour moi ! Lui, Michel Onfray,  le grand défenseur de la bonne gastronomie Française, très attaché a ce premier degré très terre à terre que peut être le patrimoine, il s’était connecté a un autre niveau de conscience. Et si le grand changement tant attendu, l’élévation de conscience prévu par les grandes paroles spirituelles, new âges, voir « apocalyptistes » était là et que nous nous en étions pas rendu compte. Le spirituel reprenant la main sur le matérialisme advenu à son paroxysme, pour nous faire comprendre que vraiment tout est énergie et que le grand combat de la dualité était obsolète. Tout ce que l’on absorbe on le devient et comprendre que dès que l’on fait entrer de l’information en nous, elle nous influence plus que nous le croyons. l’information c’est de l’énergie et vice versa. Et dès que vous intégrez cet donnée fondamentale, vous changez votre perception de la vie et de l’alimentation. C’est quantique, d’ailleurs c’est issue d’une des premières loi de la physique quantique qui nous dit que la réalité a besoin d’un observateur pour exister, sinon elle n’existe pas. Les plus fervents défenseurs du matérialisme vous diront que c’est un concept un peu flou qui n’intervient que dans des expériences complexes, voir métaphoriques telles que celle du chat de Schrödinger qui dans sa boite est à la fois mort et vivant, mais il y a maintenant quantité d’interactions bien réels de cette physique de demain qui font déjà appel a c’est concepts « brumeux ». Ref: https://www.astronomes.com/le-big-bang/chat-schrodinger/ ). Dans la vie de tous les jour, ces interactions complexes s’appellent guérisons inexpliquées, constaté par la médecine, mais dont on a du mal parler dans un monde dualiste qui implique les performances pures du médecin et de ses prescriptions dans le processus de guérison et n’admet pas de ne pas maîtriser toutes les données. L’un des cas les plus surprenants de notre époque s’appelle Anita Moorjani guérit en quelques jours d’un cancer en stade terminal suite a un coma. (ref: http://www.ouvertures.net/anita-moorjani-revient-dun-cancer-et-dun-coma-avec-une-nouvelle-comprehension-de-la-vie/ )

Une nouvelle échelle.

L’énergie libre c’est la clé et elle est bien présente parmi nous et ce malgré la censure des lobbies de l’énergie fossile qui ont déployé une énergie considérable à cacher les travaux notamment de Nikola Tesla qui fût le plus grand découvreur de technologies électriques du siècle dernier avec plus de 300 brevets (ref:http://nikolatesla.fr/documents.htm) . Le travail de Nikola Tesla sur une énergie libre permettrait de sortir de la peur omniprésente du manque d’énergie pour faire fonctionner nos sociétés. Ces travaux nous sortiraient de toutes ces dépendances à la violence de prédateur énergétique. Ils changeraient la face de notre humanité de manière profonde et dont on ose imaginer. L’énergie libre nous permettrait de libérer l’humain de sa condition de bas instinct et nous permettrait de réfléchir a des problèmes biens plus prégrant, telles que la famine, la démographie, l’inculture, les jugements raciaux obsolètes. Toutes ces peurs qui  font que nos sociétés croulent sous la violence. Le problème des denrées mal répartie deviendrait de l’histoire ancienne, car depuis plus de soixante ans nous avons réglé véritablement les problèmes de productions de biens et de nourriture. Nous savons nourrir plus de 12 milliard de personnes, Il nous reste a les répartir de manière équilibrés.  (ref: Agriculture industrielle : produire à mort #DATAGUEULE 69 )

Nous avons le devoir en tant qu’être humain et Néo-humain de pouvoir offrir l’information à tous afin que tous se sortent de la famine et de la dépendance énergétique. c’est la prise de conscience qui m’a le plus ébranlé cette dernière année. Cette politique est vitale pour le devenir de notre humanité. C’est la dernière ligne droite qui libérera l’être humain de sa condition de subissant la vie à celle de vivant sa vie. L’humanité entrant dans la civilisation de type 1 sur l’échelle de Kardachev (ref: https://fr.wikipedia.org/wiki/Échelle_de_Kardachev ) et donc capable de produire sa propre énergie sur sa planète sans avoir recours aux énergies fossiles. La vision est si considérable, qu’elle me fait penser a ce film: star trek: premier contact, dans lequel on suit le travail d’un chercheur qui réussi a atteindre la vitesse supra-luminique et se voit aussitôt contacté pour la première fois, par la civilisation Vulcain, bien supérieur à l’espèce humaine en termes de technologie. Tout le paradoxe est là. Par anthropocentrisme, nous nous croyons la civilisation la plus évoluée de nôtre galaxie, et si cela était loin d’être le cas. imaginons un seul instant qu’une civilisation bien supérieur à la notre nous surveillait. Aux vues de nos moeurs plutôt barbares, nos guerres de l’énergie, à ce que l’on fait subir à nos congénères et aux espèces qui cohabitent avec nous sur cette planète, croyez-vous qu’ils aient même envie de nous contacter. Je pense qu’ils nous prendraient pour une espèce plutôt primitive et belliqueuse. Nous libérer de notre penchant pour la violence est Le mieux que l’on puisse faire pour nous-même.

L’empathie en voie de propagation.

Nous nous libérons énergétiquement, grâce à des moyens plus sûr, tel que les énergies du vent de l’eau ou du soleil et très bientôt… du vide. Nous sommes maintenant libre de voir disparaître la famine, elle nécessite un ré-équilibrage politique voulu par les peuples et une certaine forme d’empathie qui semble entrer dans nos moeurs sociaux. Ce qui est gratifiant c’est de voir ces mouvements s’élever au sein des peuples. C’est de l’empathie avant d’en connaître le sens. Les peuples sont maintenant presque tous interconnectés grâce aux nouveaux média et réseaux sociaux, prêt à partager leur amour dans une grande fraternité. Les noeuds se délient, libérant un peu plus chaque jours les humains de la léthargie du travail mal organisé au seul profit du… profit. Nous sommes des êtres pensant fait pour  l’organisation communautaire et qui n’abandonnent personne à de tristes sorts. Nous allons travailler moins, penser plus et mieux et profiter de ce temps pour créer de l’art au sens pur du terme. Méditer, contempler et jouir de la vie.

Nous allons aimer et voir disparaître la violence dans nos sociétés et enfin passer a une civilisation plus mûre, de stade 1. bienvenu aux enfants qui vont vraiment profiter de leur vie.

Merci de m’avoir lu,

Christophe, le 26 fevrier 2017

 

le plus mauvais des modèles humains

Je n’ai plus aucun doute, le modèle économique et social basé sur la compétition est à mon sens le plus mauvais modèle quand a l’élaboration d’une société humaine pérenne. Il est archaïque, intolérant, corrompu et dépourvu du véritable sens de l’amour. Pourtant il a une qualité que je veux bien lui laisser, celle de nous démontrer qu’il n’est absolument pas viable a long terme. :p

Bon là normalement, j’ai dû vexer personne, puisque je ne me suis attaqué qu’au concept du modèle. Pourtant je vois venir ceux qui vont essayer de le défendre au nom du dépassement de soi, de la théorie de l’évolution et de la progression compétitive. On  va m’en battre et m’en rebattre les oreilles avec des arguments qui vont me paraître juste le moyen de justifier l’injustice. Puisqu’au nom de l’évolution et de l’expansion de l’espèce humaine et en l’espace d’une centaine d’année, on a domestiqué le vivant pour en faire notre esclave au lieu de le protéger. On a pillé la terre de ses sources d’énergies fossiles et ses minerais dit « rares » sans se demander si on ne jouait pas sur l’équilibre de la planète. Sans se demander si tous ces biens matériels que possède notre belle planète mère nourricière n’était pas plus important qu’on ne le croit. On a élevé les animaux vivants pour notre simple plaisir de vivre dans une abondance de nourriture carnée ou pour le plaisir de mettre les autres en cages pour nous distraire, sans se demander si la chaire animale était bonne pour notre santé ou si les animaux emprisonnés étaient heureux et conscient de vivre cet état. On a créé des sources d’énergies futures bien pires que les énergies fossiles sous la forme de bombes nucléaires a retardement, sans oublier qu’on a expertisé ces moyens en en créant des armes qu’on a utilisé sur nos congénères humains pour les valider sans aucun recul ni remord ( là ça y est j’ai honte d’être humain). 😦

On a jamais réfléchis à la moindre retombé de nos actes, en fonctionnant à la manière d’un système dont l’expression populaire est sans équivoque: « à la pousses moi que je tombe !! »

Grâce à l’esprit de compétition, On a volé, massacré, exploité, spolier des peuples, des êtres et organismes vivants de leurs terres, détruit de la vie en masse, violé, haï, discriminé, » génocidé » au nom de l’esprit d’égalité qu’a chaque être humain de combattre son prochain. Je cherche encore l’égalité qu’a chaque être humain à réussir dans l’individualité, dans un monde ou les pays ne sont pas riches et égaux en droits. Ou la corruption est là seule valeur de marchandage. Ou il existe le droit à hériter de ses parents, (ou est le mérite si l’on va par là ?). Ou il y a qu’un seul modèle éducatif pour des milliards d’individus aux vécus tous différents. Ou il y a une hiérarchie pyramidale !

Pourtant et malgré ce constat qui tendrait à prouver que l’humain ne serait qu’un simple parasite dont l’histoire dans l’existence de l’univers ne serait qu’anecdotique. Je suis confiant et heureux même car l’humain est un être très étrange qu’il ait besoin d’expérimenter le pire pour savoir comment re-développer sont acte d’amour. Ce moyen qui est nommé dans les oeuvres spirituelles le libre arbitre a, il semblerait, besoin d’expérimenter les actes les plus atroces et les plus stupides pour prendre la mesure de ces mêmes actes et ainsi de les intégrer en conscience. Et je crois que là, notre époque, nous la vivons en pleine conscience car les pires psychopathes qui ont pris les rennes du pouvoir dans notre société humaine sont démasqué et prêt a se préparer a vivre dans l’oubli. En tout cas c’est ce que je souhaite maintenant a notre groupe d’humain de la terre et je dirais même aux autres formes de vies qui nous côtoient et qui en ont bien fait les frais.

Il est temps de reconstruire une société belle et généreuse pour tous, dont les impacts sur notre planète seraient bénéfiques pour tous et pas seulement notre forme de vie et même une seule catégorie d’individus choisis, mais tous. J’entends souvent dire que la population humaine serait trop nombreuse et devrait être largement réduite pour que l’on puisse vivre correctement et cet argument ne tient que si l’on continuait a vivre dans un abondant gâchis et pas en conscience. Il serait bien trop facile de céder à ces visions élitistes qui consiste à créer une force de travail pour créer la profusion d’un petit groupe et ensuite s’en débarrasser lorsque l’on pense ne plus en avoir besoin. J’ai entendu beaucoup d’experts dire que la planète a largement de quoi faire vivre les 9 ou 10 milliards d’êtres humains à venir, si le modèle de société était conçu autour d’une agriculture en permaculture, d’énergies libres et gratuites venant des éléments qui nous entourent, de découvertes comme l’anti-gravité qui modifieront totalement notre façon de vivre et de voyager, d’une répartition plus consciente du travail et des moyens et de temps pour vivre et réfléchir aux décisions qui seraient prises de manières communes. L’évolution de nos technologies nous permettent maintenant de nous débarrasser des travaux peu intéressants et répétitifs, et surtout des envies belliqueuses de s’en prendre a notre voisin ou notre prochain.

Dans ma vision un peu plus ésotérique, je dirais que l’humanité entre dans la troisième phase de la numérologie de notre chemin de vie, puisque le 3 défini la communication avant le 4 qui est la construction pérenne, puis viendra le 5 le mouvement ou l’on quittera notre bonne planète pour vivre d’autres aventures interstellaires. peut-être que ces anciennes civilisations dont on parle dans nos recherches plus spirituelles et qui ont laissé quelques traces sur terre, ont déjà connu ces instants et ont réussi à évoluer vers d’autres aventures.

En tout cas pour moi, le modèle humain compétitif voit sa fin proche pour un monde tous ensemble et c’est la chose la plus intéressante qu’il m’ait été donné de vivre dans cette vie.  😉

merci de m’avoir lu.

Christophe, Le 1 octobre 2016.

Les Nouvelles chaines internet et TV D’info et Youtube.

les-nouvelles-chaines-internet

Les nouvelles chaînes tv internet se font une place inévitable dans le monde de la communication entre les humains avec des innovations majeurs dans le domaine audiovisuel. L’aspect bidirectionnel, me semble l’avancé la plus intéressante de ces nouveaux médias, et le fait de pouvoir poser des questions en direct ou apporter des commentaires sont plutôt bienvenu aux vues des demandes toujours plus exigeantes des nouveaux spectateurs, d’autant que l’ensemble des internautes peuvent lire et même apporter leurs contributions durant le déroulement des émissions.BTLV

Ce nouveau mode de communication est pour moi le tournant majeur de l’évolution de l’espèce humaine qui revoit la vision sociale et les modèles économiques. Devant l’obsolescence programmé du travail, notamment des métiers de l’industrie qui se font accaparer par des machines toujours plus modernes et robotisées, qui vont sûrement considérablement renforcer leur autonomie durant les 10 à 20 prochaines années. Les métiers de la bureautique qui vont aussi être avalés par l’évolution exponentielle de l’informatique et de l’intelligence artificielle toujours plus au point et performante. Les métiers de services et liés au commerce et à l’information qui sont aussi enclins à disparaître des devoirs des humains et donc au profit de cette intelligence artificielle toujours plus adaptée. Il reste néanmoins des doutes et des peurs dans l’esprit des gens que nous sommes, qu’il faut balayer d’un revers de conscience, car ce que l’humain va devoir faire justement, c’est se connecter à sa conscience, pour ne plus survivre, mais vivre pleinement sa vie.

Inrees-tv  Des peurs éduquées.

Quand on quitte un paradigme, on est souvent malmené par la masse des cerveaux humains qui voient leur partie reptilienne bloqué dans la zone rouge liée à la peur. Et les plus équipés pour faire face aux grands mouvements philosophique et sociologique qui arrivent, sont les jeunes car ils sont nées dans le nouveau monde que produit internet. Ils surfent allègrement sur les réseaux sociaux et font exploser toutes les idées reçus.

Ils ont aussi des petits trucs en plus qui leur permet d’appréhender la vie d’une autre manière: l’éducation auxquelles ils ont été soumis les a sorti de la peur de l’avenir et soyons clair, les jeunes sont loin d’être stupide. Pourtant c’est pas gagné, car nos éducations à nous les parents et les grands parents, n’ont pas été les plus efficaces en termes de confiance en soi. Je ne reproche évidemment rien a mes parents, qui n’ont pu que subir ces modes opératoires dirigés par les « Grands-beaux* », et que j’ai aussi subit, mais le constat est bien là, tout notre système humain est construit autour de la peur et plus particulièrement la peur de la vie.
Les jeunes ont un regard beaucoup plus ouvert dans le fait de n’être responsable des maux du monde autour d’eux. Ils sont souvent d’ailleurs prit pour des idiots s’agissant de comprendre les affres du passé, mais y sont totalement détaché car ce qui compte avant tout pour eux, c’est vivre l’instant présent. Ils savent ne pas se rendre responsable de tout ces événements dramatiques que ponctuent notre histoire humaine et qui fonctionnent dans un principe évolutif. Ce qui pour moi n’est pas un signe de naïveté, mais plutôt un progrès pour l’humain. regenere
Les jeunes savent très bien que la société humaine fera tout pour qu’ils continuent a vivre, car vivre c’est consommer pour ce monde. ils refusent de se mêler aux problèmes d’un système politique malade, et une grande partie de ces jeunes voient dans l’écologie et les modes de vies plus sains un moyen de remédier à tout ce que l’industrialisation à pu faire de mal dans le monde qui les entourent. Et ça il ne le trouve pas sur les chaînes de tv classique qui passent leurs temps a mâchouiller les mêmes peurs en boucles, mais sur les réseaux sociaux et les nouvelles chaînes de tv Youtube qui donnent les info sans filtrer et qui laissent au discernement la très belle place qui lui est dû. On a appris aux jeunes a réfléchir afin de régler des problèmes souvent abstrait avec discernement, ce n’est surement pas pour ensuite leur brider le mental et l’intuition.
Nuréatv

 La créativité pour repenser le monde.

Ce que je vois sur les chaînes internet me fait plaisir tant la créativité en est clairement un moteur. Des médias beaucoup plus en phase avec les spectateurs, on y va quand on veut et on y voit ce que l’on souhaite voir. On y partage des connaissances et des compétences avec les moocs et les chaînes de tv informationnelles et ce dans tous les domaines qui puisse exister. La souplesse des programmes s’affranchissent un tant soit peu des phénomènes de mode ou de société. On a toujours un point de vue qui surfe sur les vagues des idées actuelles, mais on a aussi beaucoup d’autres savoir qui sont prodigué souvent par des passionnés ou tout simplement des altruistes qui veulent apporter leur contribution au monde qui les entourent. On y rit, apprend, se détend autrement, sûrement parce qu’on y trouve tout ce que l’on veut tellement le choix est large et lorsque je vois tout ce choix, je me dis que les « grands-beaux » vont avoir du mal à imposer à nos jeunes les idées toutes étriquées qu’ils mâchouillent a longueur d’années.
 

En quête de connaissance

ctvm tv
Lorsque je me suis intéressé a tous ces savoirs, j’étais plutôt en quête de solution pour un monde meilleur, plus responsable et plus juste. Ainsi j’écoutais beaucoup d’économistes qui cherchaient de nouvelles solutions plus convenable a prodiguer dans les modes de vies des humains et pourraient régler des problèmes importants comme les famines et la misère humaine, ou la destruction du vivant sous couvert de la consommation. Et souvent, les solutions que ces chercheurs économistes ou philosophes trouvaient par des voies plus conciliantes envers les systèmes déjà en place, évitaient les chocs de civilisations qu’auraient pu engendrer d’adoption de solutions trop radicales. Devant le peu d’écoute que pouvaient avoir ces personnes plutôt compétentes dans leurs domaines, j’ai eu une révélation d’ordre existentielle: Les politiciens qui mettent en place les systèmes sociaux et économiques se moquent des problèmes du monde. Valorisé par leurs ego peu modestes, ils se sont coupé de leurs intuitions et ne sont mené que par des idéaux de pouvoir et d’argent. Et ce constat n’est pas un jugement de valeur de ma part, c’est un constat. Nous avons tous un chemin d’apprentissage a vivre pour comprendre la vie et il est plus ou moins long suivant les personnes. Je trouvé le mien particulièrement long. 😀 rezozen
Après avoir voyagé en philosophie, pour comprendre le sens de tout cela et de voir que les seuls sons de cloches que je pouvais entendre de ces points de vues était un alarmisme totalement dans les clous de la part de ceux qui voulaient qu’on accepte la croissance infinie comme l’unique solution. Et j’aime assez ce proverbe qui nous vient du Japon il me semble et qui résume bien le peu de créativité qui règne dans le royaume des riches d’argents: «  Quand dans la vie notre seul outil est un marteau, tout ressemble à un clou ! ».
 
legrandchangementAlors je me suis penché sur d’autres voies plus créatives qui étaient guidé par une petite phrase qui m’avait été transmit par Bernard Werber, un auteur avisé et aguerri par l’études de modèles sociaux: «  si le monde ne te plaît pas, démodes-le ! ». Ainsi venait le véritable sens de la créativité exacerbée.

ce qui menait inconsciemment toute cette créativité du net et des médias sociaux se jouait dans cette phrase. Les structures comme l’école, les médias et les rapports humains endoctrinés par une éducation du savoir vivre poussiéreuse, se faisait démoder en profondeur par la vie. Des humains parlent à d’autres humains de ce qu’ils aiment dans la vie. ils sont à la fois acteur et créateur de leur réalité et aident tous ceux qui s’intéressent aux même sujets qu’eux, à en apprendre un peu plus sans abandonner personne. Le progrès est si grand pour l’humanité que je n’oserais a peine y croire. Internet fait bouger le monde à la mesure de ce qu’est l’être humain, une conscience connectée aux autres et au tout, et toute les barrières tombent, grâce a l’image et au son. tout les mondes se retrouve dans cet ensemble cohérent qui du coup s’affranchit des races, des genres, des langues, des éducations et des modes de vies. Tous les êtres peuvent être égaux au sens le plus pur. On peut aborder maintenant la véritable fraternité tant galvaudé par les «  embobineurs de mots ». 

Les savoirs super exposés. 
Akasha webradio

J’ai appris tant de choses en si peu de temps par envie et par passion grâce aux chaînes de tv internet que je ne les remercierais jamais assez 😉. J’ai pu découvrir des domaines qui m’étaient totalement étrangers et dont j’ai pris le temps de comprendre et d’apprécier à leurs justes valeurs. La véritable alimentation qui était déjà expliquée par Aristote il y a 1700 ans, la spiritualité expliquée par les grands maîtres, l’archéologie décomplexée, la physique quantique humanisée, l’ésotérisme à découvert et l’alchimie initiée, l’ufologie en pleine lumière. Toutes les étapes qui approchent un tant soit peu les  véritables domaines de la conscience.
Tous ces domaines de recherches exposés par des passionnés et des amoureux de la vie et de la connaissance. Alors merci a vous tous mes enseignants préférés,
merci à:
 colibris
Merci à tous les intervenants qui viennent prodiguer leurs connaissances avec passion sur ces chaînes qui changent tout, et je sais que si ils me lisent, ils se reconnaîtront,je vous aime ❤️ et vous êtes assurément des Néo-humains.
Christophe,
le 31 juillet 2016

Unicité et spiritualité

Les visions de Do

Unicité et spiritualité

Il n’est pas idiot de réfléchir sur le sens des mots que nous employons. Celui de spiritualité a une histoire, il a des racines multiples dans notre culture mais aussi un devenir lié à notre évolution… Recouvrir à l’aide du dictionnaire est un bon réflexe, mais il ne suffit pas à cerner l’aura d’un mot qui continue de produire un certain nombre d’effets dans notre société et dans l’histoire récente.

La spiritualité est une faculté qui consiste probablement dans le fait d’unifier notre être en fonction d’une intuition profonde. Son développement à l’échelle d’une vie nous donne accès à des connaissances qui dépassent le champ du savoir et de la recherche.

Notre postulat est que nous naissons avec un certain nombre de facultés que nos expériences, nos réflexions et notre intuition vont progressivement unifier. Ce travail d’épuration et de con-centration va nous amener à percevoir en nous-même le siège d’une conscience qui est plus grande que nous. Cela va nous amener à dépasser les notions de rationnalité et d’irrationnalité, pour asseoir en nous une vision universalisante dont le siège réel est dans nos émotions ainsi que dans le champ actif de nos perceptions.

Notre postulat suivant est nettement plus ésotérique : il pose que l’intelligence qui a créer la vie est présente en nous, sous la forme matérielle de l’ADN, mais aussi sous la forme plus indétectable de l’âme (cette dernière étant l’essence immatérielle de la conscience, située hors du temps et de l’espace).

Le sens spirituel s’éveille lorsqu’un être ressent le besoin de mener une vie plus haute et plus authentique. Son premier réflexe consiste alors à conformer ses actes avec ses pensées, afin de doter sa vie d’un sens morale –ou éthique- sensé assurer sa cohérence dans la durée. La spiritualité est une construction avant d’être autre chose, elle peut entrer dans des cadres philosophiques et religieux, mais elle peut aussi se concevoir en dehors de toute tradition. Elle n’a pas forcément besoin de dogmes et de vérités toutes faites pour exister, son fondement réel est dans la conscience en état d’éveil – et dans le sens de la liberté qui prend forme dès lors qu’un être parvient à forger lui-même ses propres valeurs.

L’éveil de conscience est toujours accompagné par un certain nombre de convictions et de phénomènes. « L’éveillé » ressent le besoin impérieux de se conformer à une dimension qui lui échappe, mais dans laquelle il trouve pourtant une nouvelle légitimation de son être. La certitude que nous venons d’ailleurs, et que nous avons très probablement une destinée à accomplir sur cette terre, fait indéniablement partie de la globalité des thèmes dont il constate l’émergence.

(même si la perfectibilité de l’homme est aujourd’hui très fortement remise en cause, surtout dans une époque régressive comme la nôtre – dont la positivité tarde à nous apparaître.)

Nous sommes a un moment crucial de notre évolution, où nous devons prendre conscience de certaines données immuables que nous avons mises de côté ou, pour le moins, sous-estimées. Nous avons (par exemple) théorisé scientifiquement la notion d’éco-système, mais nous n’avons pas pris les décisions qui allaient de paire avec cette vision unifiée des choses. L’économie de l’univers dans lequel nous vivons et avons notre place est basée sur un certain nombre de lois que nous avons troublé. La liberté que nous avons pris vis-à-vis de la nature n’est probablement pas la bonne puisqu’elle s’avère destructrice pour notre environnement. Nous avons aussi porté un coup fatal à la co-existence des espèces entre elles. Ce constat appel une réponse appropriée qui ne peut être que de nature spirituelle. L’écologie est une bonne chose, mais elle reste trop à la surface des choses, elle est à l’heure actuelle trop anthropocentriste (comment pourrait-elle être autrement !?) pour produire les effets que nous attendons.

Nous retrouverons la place qui est la nôtre dès l’instant où nous retrouverons le sens du sacré, non pas celui qui s’exprime dans la religion, mais celui qui est en nous depuis toujours. Celui qui assurait la cohérence et la survie des peuples de traditions dans lesquels nous n’avons d’abord vu que de bons sauvages.

La spiritualité que nous appelons de nos voeux est liée à l’émergence d’une conscience qui doit faire le lien entre deux mondes : l’ancien et le nouveau. C’est en liant les acquis récents de la modernité à ceux qui assuraient la cohérence du monde ancien que nous pourrons trouver un voie de salut collective. Rien n’est plus éloigné des préoccupations de ceux qui nous dirigent, mais rien n’est plus proche des attentes de ceux qui ressentent aujourd’hui le besoin urgent d’avoir une meilleure vision de l’homme.

Do

unicité-par-Dominique-Dumon-redux

Choisir la pilule Rouge.

Matrix-pilule-rouge

Chaque jours, le choix s’offre à nous de prendre la pilule Rouge comme Neo le héros du film Matrix, et de vivre en pleine conscience. Plier la vie à notre volonté c’est devenir un Néo-(humain). Prendre conscience de ce que l’on est véritablement c’est accéder à une nouvelle maitrise dans nos choix de vies et à la connaissance de la vérité universelle: Le véritable dieu de notre vie c’est nous-même.Il y a différentes voies d’explorations qui permettent de trouver le chemin de notre grande conscience. La première est la méditation, prendre du temps dans un endroit calme sans interactions extérieurs, juste le moi qui discute avec le soi et il y a quantité de livres, de liens internet et youtube qui nous apprennent la méditation. Et ce n’est jamais du temps de perdu, je dirais même que c’est tout le contraire. 😉 Il faut savoir que tout acte de détente créative ou sportive dans le calme est méditatif. 😉 L’hygiène de vie que procure ne serait-ce que 5 minutes de méditation par jours, peut vous propulser dans une relation avec vous-même et votre corps que peu de personnes n’osent imaginer.

Une autre voie d’exploration est la quête de connaissance des voies ésotériques (qui concernent l’intériorité de l’être) et que l’on trouve dans les lectures sur la conscience. Plusieurs voie s’offrent a nous suivant que l’on résonne de manière plus Cartésienne et attiré par des idées très concrètes et « matérialistes » de la vie ou que l’on soit attiré par des visions plus spirituelles et donc non visible de l’information qui crée notre réalité. Mais croyez-moi les deux voies sont bonnes tant que l’on a l’esprit ouvert et je dirais même complémentaires. Mettre d’accord le mental et le spirituel, c’est permettre d’équilibrer notre personne présente ici sur terre et lui permettre de vivre une vie pleine et accomplie.
Pour suivre la voie d’exploration,  que je nommerais plus « cartésienne », il existe un courant scientifique très intéressants de la physique quantique dont les travaux admettent la position plus que probable que la conscience serait extérieur au cerveau humain et de type informationnelle. Sachant que nous baignons dans un univers fait d’informations, il n’est pas absurde de penser que ce courant soit en train d’envahir le milieu de la physique des particules.
La matière n’étant faite que d’énergie qui interagit dans notre univers palpable sous forme d’ondes plus ou moins denses, il n’est pas curieux de penser que l’information qui détermine les atomes d’une particule ne serait que l’élément interprété par notre conscience, comme la densité des objets qui forment notre univers visible et palpable.
Voir les travaux de Philippe Guillemant​ http://www.doublecause.net  qui expliquent assez bien ce standard. Il offre d’ailleurs un contenu très riche et pour le moins intéressant sur le sujet de « la pilule rouge » du film  Matrix (1999), comme la transposition modernisée du mythe de la caverne de Platon http://doublecause.net/Matrix-la pilule rouge 

Les grandes paroles spirituelles les plus ancestrales que notre civilisation ait pu envisager, connaissaient la nature informationnelle de l’existence de la réalité. Leurs paroles étaient si claires et intemporelles dans la compréhension de notre univers, qu’il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas s’en rendre compte.  Il y a juste à rechercher par exemple dans les livres bibliques, les bibles apocryphes et kabbalistique dont les codifications ésotériques fourmillent à chaque pages, le livre des morts Bouddhiste tibétain, les Védas de l’hindouisme, les connaissances du soufisme, ainsi que les écrits des philosophes grecs relatant des savoir de l’Egypte ancienne pour se convaincre que l’humanité spirituelle n’est pas née d’hier, mais de plusieurs millénaires. Les récits relatés font état de pouvoir et de connaissances plus extraordinaires les uns que les autres, argumentés par des constructions et des sites archéologiques défiants l’entendement tant dans leurs qualités techniques et leurs prouesses hors normes qui pourraient rendre perplexes nos meilleurs constructeurs et chercheurs. Les religions qui ont le plus souvent voulu contenir ces savoirs ont logiquement manipulés ces enseignements afin de garder le pouvoir sur l’humain et sa grande conscience et la dernière religion, celle du consumérisme s’efforce de garder les consciences dans le matérialisme. Mais le fond de bonté profonde et les sages paroles que l’on peut croiser dans toutes ces doctrines re-composées, laissent transparaitre le message spirituel le plus sain. Eliminez tout ce qui accuse et condamne les humains à des châtiments et vous trouvez la véritable nature des paroles d’amour et de respect de ces grandes sagesses.

Mais je crois que nous vivons une époque essentielle dans l’élévation des consciences. En permettant aux humains d’accéder plus facilement à l’information, nos grandes consciences sont en train de mettre la lumière sur tout ce que les religions ont essayés de garder sous le sceau du secret des initiés. Car tout est là, l’initiation ! Tous les peuples premiers de quelques continents que ce soit ont toujours initiés leur jeunesse pour qu’elle puisse à son tour respecter les bienfaits de la planète, communier avec la nature et transmettre des règles d’harmonie à leurs enfants. Puis vint une époque ou l’expansion de l’occident fit taire les initiations qui ne fut alors prodigués qu’à une toute petite minorité de personnes afin qu’ils aient le pouvoir sur les autres. Cette règle créa un déséquilibre dans les grandes lois spirituelles. Les peuples premiers furent contenus ou éradiqués, mais les savoir ne se sont jamais perdus car gardés et transmis de manières souvent orales en petits groupes.Et le fait que nous puissions maintenant plus facilement les proposer grâce à l’écriture plus courante – n’oublions pas qu’il y a encore une soixantaine d’années, la grande majorité des humains ne savaient ni lire, ni écrire – et l’informatique généralisée qui permet d’accéder très facilement à quantité de livres qui auraient pu tomber dans l’oublie de la bibliothèque personnelle d’un érudit. L’initiation spirituelle est la clés de voûte d’un néo-humain. En occident il y a des moyens de connaitre les savoirs dit « cachés » et les connaissances sur la nature divine de l’être humain. Il y a des groupes d’initiations spirituels qui forment des bons humains à bâtir pour les autres et pour le bien commun. Malheureusement ces groupes tels les Roses-croix (AMORC) sont payants et le tarifs peut être clairement un frein. Et il a aussi la possibilité de s’initier à devenir un bon être humain grâce aux écrits de bonnes personnes qui ont transmis leurs savoirs dans la littérature ou le cinéma. Faites vos propres recherches, car elles font parties de votre propre initiation, mais soyez sûr que toutes les pensées qui prônent le combat contre un ennemi ou la violence quelqu’elle soit ne forment pas des humains meilleurs.

Dans tout les combats de la vie, le seul adversaire que nous avons c’est nous-même.

Allez je vais vous donner quelques petites idées:

Dans la littérature: Pierre Teillard de Chardin, René Guenon, Mathieu Ricard, Miguel Angel Ruiz (Les quatre accords toltèques)

Dans le cinema: « Le guerrier pacifique » de Victor Salva (2006) , « Wild » de Jean-Marc Vallée (2014) ainsi que les films de Luc Besson… et Matrix

A vous de jouer !!

Merci.

Christophe

Et la petit scène mythique de Matrix qui ouvre l’initiation de Neo 😉

 

 

Demain, le film d’une belle promesse

Demain-le-film--655x360

Lorsque je suis allé voir le film « Demain » réalisé par Mélanie Laurent et  Cyril Dion, je partais sans a priori, ni idées reçues. Les amis qui m’en avaient parlé me disant simplement: « tu l’as vu le film Demain, vas le voir et on en reparle ». bien sûr j’étais initié aux conférences de Pierre Rabhi et du mouvement des colibris colibris-lemouvement.org. Je connaissais les travaux sur la démocratie de David Van Reybrouck et le travail sur l’économie de Gaël Giraud notamment, et qui m’avaient passionné. Mais je m’étais dit que tant que ces personnes aussi compétentes soient-elles ne seraient pas écoutées, le monde ne vivrait pas l’évolution de conscience humaniste, écologique et économique que j’ espérais pour lui. Je ne m’étais pas pour autant résigné à faire avancer les lignes, faire sauter les barrières de l’idéologie, de l’ego obèse du consumérisme sans queue ni tête que nos chers dirigeants politiques nous gavent à longueurs de lignes de désinformations médiatiques.

Me posant tant de questions pour voir le changement que j’espérais se produire, ma recherche personnelle et ma soif de savoir m’avait amené sur des voies de questionnements plus profondes et plus intérieures sur le sens de la vie, la conscience, la métaphysique et l’univers dans sa globalité, si on peut le concevoir :D. Ma balade complètement hallucinante flirtait, entre la méditation, la recherche de sens et le rapport à l’ego, pour bien comprendre comment fonctionnait l’être humain dans sa forme la plus évolué. Avant de me ramener à des actions plus matérielles grâce entre autres choses à ce film: Demain, en m’offrant des éléments de réponses bien concrets. Comment faire évoluer l’humanité vers un niveau plus haut et plus beau ? 

« Demandes et tu recevras » était la grande vérité de ce voyage qui propulsait ma destinée vers une réalité ou des solutions magnifiques se présentaient à nous. 😉

Demain est la promesse que la vie humaine a de l’intérêt . C’est un de ces films qui donnent du sens à l’humanité, car si le but de l’être humain est de piller les richesses de la planète, mettre en esclavage ou dévorer une partie de la faune et de la flore et détruire le restant et faire travailler la plus grande partie de l’humanité pour le bon plaisir d’une toute petite partie de monstres sans têtes ni coeur, je pense que la direction idéologique qu’a prise l’humanité est la bonne et que sa disparition ne serait pas une grosse perte. Mais Demain nous re-centre sur notre vrai pouvoir de résoudre les problèmes, éliminer les conflits, vivre mieux, consommer mieux, vivre dans le respect et l’amour et construire une humanité en paix intérieurement et extérieurement. Toutes les solutions montrées dans ce film sont des évidences de bons sens et axées sur l’émergence du bien communs. Les seules questions a se poser sont: Pourquoi les politiciens et les personnes qui nous représentent ne sont pas allés vers ces solutions qui ne sont pas basés sur le profit immédiat ? Et comment amener l’humanité vers un monde qui ne verra pas sa disparition?

Les éléments de réponses nous sont montré avec une simplicité déconcertante: Les systèmes éducatifs construit autour du respect des uns et des autres et de la coopération des enfants entre eux et des enseignants. L’agriculture a taille humaine et coopérative sans poison et surtout plus intelligente. L’entreprise écologique et économiquement respectueuse de ses salariés et de son environnement. Les moyens de produire de l’énergie de manière propre, moderne et durable en polluant le moins possible. L’aménagement du territoire favorisant le bien vivre, le propre et l’économie d’énergie. Les projets urbains a taille humaine et respectueux de tous. Les monnaies locales non spéculatives qui font vivre avant tout l’économie d’une ville ou d’une région. Les décisions de groupes prisent en cercle et pas dans un système pyramidale. Et toutes ces solutions d’amours, paix, d’harmonies, de respects et de Bonheurs. Voilà les exemples des solutions que vous verrez dans le film Demain et tout ça a déjà commencé !

Alors calmons l’ego et devenons les acteurs de l’humanité de demain, des néo-humains et si vous n’avez pas encore vu le film Demain et bien dépêchez-vous d’y aller et on en reparle ! 😉

Merci a Cyril Dion et Mélanie Laurent ainsi qu’a toute leur équipe de nous avoir montré ceux qui créent le chemin de la vie belle pour tous. 😉

http://www.demain-lefilm.com/le-film