Archives du mot-clé conscience

Tout est équilibre des polarités. (changements après confinements)

J’ai souvent entendu cette petite phrase: «  l’argent n’est qu’une énergie. »  En justifiant que c’était simplement l’approche qu’on en avait qui en déterminait les méfaits ou les bienfaits. Cela incluait souvent l’aspect psychologique et moral de notre approche de l’argent qui justifiait le simple fait qu’on en ait ou pas, ou qu’il nous filait ou pas, entre nos doigts.

En fait je crois intimement que c’est vrai, mais que ce n’est pas aussi simple que cela, car aujourd’hui nous vivons dans un monde hautement matérialiste et extrêmement centré sur la valeur monétaire et par extension, de nos possessions. Mais nous ne savons pas comment aborder le concept de l’argent correctement. Cela nous vient principalement de la manière dont l’argent a été abordé dans notre modèle éducatif et par l’approche qu’en avaient nos parents. Si l’on nous a appris depuis tout petit, que c’est par notre travail que nous obtenons des choses et par extension, dans nos sociétés capitalistes, de l’argent, alors ce schéma est profondément inscrit en nous, dans notre ADN et nous enferme dans ce schéma  trans-générationnel. Pire encore, des études psychologiques et des outils de développements personnels nous décrivent que « par allégeance à notre tradition familial « , il nous est très difficile de sortir de comportement familiaux de classes sociales. Ainsi, si nous sommes issu d’une famille d’ouvrier, nous somme appelés à ne pas pouvoir intégrer l’abondance financier pour ne pas décevoir notre propre famille, de manière parfois consciente, mais surtout inconsciente.

Le schéma travail égal récompense modéré ou à l’inverse, le non effort nous mettrait dans le malheur, la réprimande et la punition, serait un enfermement énergétique difficilement dépassable.

Comment les dépasser les schémas transgénérationnels?

Analysons comment sont élevés les enfants des milieux aisés et plus favorisés. Là, il n’est pas question de récompenses et de punitions pour élever les enfants. 

Premièrement parce que le train de vie le permet, par un apport toujours conséquent de l’énergie argent.  

Et deuxièmement parce que le plus important pour ces parents, c’est que les enfants pensent que leurs parents les aiment probablement plus que dans n’importe quelle autre famille, culpabilisant de se vouer corps et âme dans les occupations et métiers qu’ils aiment faire par dessus tout.
On se rend compte ainsi que des situations très différentes, produisent des problématiques éducatives tout aussi aliénantes:

Le trop offre la culpabilité de vivre pleinement l’oeuvre de sa vie, et le trop peu limite l’apport en énergie et réduit les possibilités d’être pleinement satisfait de sa vie. Evidemment il y a des exceptions et des personnes équilibrés dans leur vision de l’énergie, mais ils sont extrêmement rares en vérité et ne naviguent pas dans les sphères de vies classiques. Ils sont plutôt en marges et adoptes le principe que pour vivre heureux, mieux vaut vivre caché. La majorité des êtres de cette planète réagisse de par leurs névroses créées, exprimées et perpétuées depuis l’enfance.

Y’a-t-il des systèmes énergétiques différents de celui-ci que l’on connait ? 

Et bien je vous dirais en fait que oui, il y a d’autre façon d’aborder le monde. D’autant que la nature, elle, fonctionne dans bien des cas différemment de ce qu’il nous est enseigné.

La nature utilise principalement la coopération et l’association de systèmes, afin de favoriser la prolifération de la vie nouvelle, mais nous ne la regardons jamais comme cela. Dans les forêts par exemples, on voit des espèces animales et végétales qui favorisent le sol, nettoient, aèrent et enrichissent la terre, comme les insectes, les champignons, les plantes, afin de laisser pousser et vivre une diversité d’autres espèces qui vont bloquer certaines proliférations de plantes dans un équilibre harmonieux. Les arbres vont protéger certaines plantes de trop de soleil et vont produire de l’oxygène pour permettre que des espèces animales et végétales puissent exister, tel que nous, humains par exemple. Les arbres pourront aussi porter plus hautes d’autres formes de vies et favoriser leur prolifération sur des niveaux d’espaces plus élevés encore. Et chaque règne y trouve son compte par des échanges d’énergies de toutes sortes et des apports et transformations chimiques. Il nous suffit de regarder autour de nous pour voir se concrétiser quantités d’échanges et d’équilibres énergétiques. Lorsqu’une espèces se nourrit d’une autre espèce, ce n’est qu’un échange énergétique. L’espèce prélève ce qu’elle a besoin et ne vide jamais le réservoir de vie dont elle dépend. Tout est question d’équilibre dans notre réalité. 

Equilibrer les énergies serait-il la valeur humaine de demain ?

 On sait maintenant que si on ne met aucune pression d’effort et de courage particulier sur l’existence d’un enfant, mais simplement du soutien et de l’amour désintéressé, celui-ci grandira en confiance, sans cette pression sociale de l’effort. Ses valeurs seront totalement désintéressé et prêt à être au meilleur de lui dans le fait de mettre dans sa vie uniquement des choses qui lui plaisent. Et je tiens à mettre l’accent sur l’idée d’amour désintéressé et non pas inconditionnel, car pour moi le niveau d’amour inconditionnel demande un détachement qui est très peu présent encore dans nos civilisations. C’est le genre d’amour qui nous saurait capable d’apporter aide, soutien et amour à n’importe quel enfant, au même niveau que notre propre enfant. Nous en sommes encore un peu loin.

Revenons à notre enfant choyé et soutenu qui sera, lui, équipé pour aborder la vie en toute confiance et faire ce qu’il aime faire. Ce serait déjà une belle réussite personnelle de bonheur, ainsi que pour sa famille, mais j’irais plus loin. Imaginez une société dont tous les enfants seraient élevés avec cette méthode. Notre société comporterait très vite des personnes bien dans leurs baskets et prêt à nous offrir un monde équilibré, et dont la valeur bonheur exploserait les compteurs. Tous le monde ferait ce qu’il aime et personne ne serait négligé. Ces personnes comprendraient très vite leur propre position dans ce monde et leurs besoins modérés, car plus besoin de compenser des défaillances morales et psychologiques en apports énergétiques. Le partage serait une vertu d’équilibre à l’image de cette nature qui compose pour faire évoluer plus de diversité.

Un nouveau monde.

Mais à regarder les modèles sociaux éducatifs plébiscités aujourd’hui, où les classements, les codes de points ou de couleurs, sont encore trop bien présents, comment aborder ce travail de conquête de nouveau monde conscient ? L’argent est une énergie et ça c’est vrai et inaliénable. Il sert à échanger des denrées, des travaux et des richesses, mais pourquoi serait-il si différent à équilibrer que n’importe quelle autre énergie. Aujourd’hui nos sociétés font un travail important de création, gestion et équilibre des énergies de toutes sortes afin de pouvoir en fournir à de plus en plus de personnes, mais il nous manquait le plus important: L’éveil, la conscience morale de savoir quelle est notre place dans ce monde, avec ces milliards de millards de milliards d’espèces diverses qui tentaient avec difficultés de cohabiter avec nous.

Il nous fallait enfin devenir une civilisation d’adultes responsables et bienveillants. Des êtres capables de réprimer leurs bas instincts de possessions et d’expansion nocifs.

Et nous est arrivé cette période du printemps de l’éveil, le mois d’avril 2020, où le monde capitaliste à du faire face à l’enfermement de ses peuples pour palier à une pandémies inédites depuis des siècles. Certains diraient que c’était pour palier à la destruction d’un système capitaliste énergivore à outrance, et cela je veux bien leur accorder. Mais le sujet n’est plus là, quand on connait la situation qui survient. L’évolution consciente généralisée va suivre un agenda incroyablement précis qui offrira à notre belle planète un équilibre des énergies, probablement inédit depuis des siècles. Car vient à nous des époques de changements qui viendrons nous proposer:

  • Un éveil de conscience généralisé de notre humanité qui nous permettra de comprendre tous les enjeux de notre futur.
  • La création d’un système de gestion du bien-être et dont dépendra tous les autres outils de réflexions, comme des ministères en bien mieux élaborés avec beaucoup plus de sujets de réflexions. Ce sera la première pierre significative de notre nouveau monde moderne. Un travail de réflexion sur les besoins et la répartition des richesses, la valeur morale la plus important à mettre en place et qui probablement demandera la création de méthodes les plus pointues d’expertises de toute notre histoire.
  • L’instauration d’une politique d’une nouvelle société dont les bases seraient l’acceptation de tous, l’équilibre et la répartition des énergies. La valeur argent sera  rééquilibré, en bon début, par l’installation d’un revenu de civilisation capable de commencer à mettre de l’ordre dans les inégalités mondiales et permettre aux personnes de se valoriser autrement, jusqu’a la disparition de cette énergie argent devenue inutile.
  • Une chute brutale de l’anxiété dû au stress de subsistance permettra d’entamer la phase éducative importante pour que chaque humain comprenne ce que ce projet pourra apporter au monde. Créer des outils éducatifs en psychologie sociale, avec l’aide de la communication bienveillante et des meilleurs savoirs en philosophie et acceptation des autres. On abandonnera plus jamais personne.
  • Le retour progressifs des productivités les plus utiles par la récupération des sciences et avancées techniques repensées, et l’éradications de celles qui seraient inutiles et même néfastes. Ce qui permettra aux personnes de faire ce qu’elles aiment faire par vocations avec une réduction importante du temps de travail afin de leur permettre de travailler sur eux de manière plus conscientes.
  • La gratuité progressive de l’énergie sur les 5 prochaines années, permettra la transformation majeur du monde, et l’arrivée de l’énergie libre tant attendu et déjà présente dans les recherches technologiques les plus en avances ne notre époque, non révélées.

La période de confinement nous a permis de trouver des solidarités là où nous pensions ne pas en voir et nous à montré aussi que notre impact en terme de pollution sur notre planète était bien réel et pouvait être considérablement modéré si nous adoptions des modèles de vies plus sensés.

Tout dans notre vie est équilibre et tous les sujets quelqu’ils soient sont sujets à discernements et compréhensions. Nous devons commencer à adopter tous, les meilleurs gestes et accepter notre prochain comme nous-même. C’est là, la lourde charge qui nous incombe en tant que conscience humaine d’aujourd’hui. Devenir ce que je pouvais appeler des néo-humains, et nous y mettrons le nom qu’il convient, et accepter de vivre en conscience. Savoir que sur tous les sujets nous devons trouver l’équilibre et être bienveillant.

Certains pensent que ce modèle est utopique, mais c’est celui qui nous arrive dès maintenant et quantité de nouveaux « événements »  vont nous confronter à bouleverser nos habitudes et trains de vies néfastes qui seront désappris pour en apprendre de bien meilleurs.

Soyez heureux.

écrit et proposé le 13 Avril 2020.

Merci de m’avoir lu, Chris. 

Le printemps de l’éveil.

Les peurs ne sont là que pour nous révéler à quel point nous sommes de belles et grandes personnes.

Je nous propose d’en prendre conscience maintenant. Devenons simplement nous-même et acceptons les peurs comme des informations dans nos schémas de pensées, et simplement cela.

La questions simple à comprendre est: A quoi sert cette peur qui me vient ? Qu’est-ce qu’elle cherche à nourrir en moi ?

Lorsque nous avons la réponse, cette peur peut disparaitre et vous re-proposer la sérénité le plus longtemps possible jusque la prochaine.

Les peurs des autres qui sont en fait les nôtres, ne sont que des manipulations de notre mental supérieur afin de nous faire entrer dans des états de consciences plus élevés. Ceci nous permet de trouver le chemin de nous en débarrasser. Mais il y a un vrai travail émotionnel à faire, car si nous réglons ces peurs par plus de protections, nous allons simplement monter le niveau d’intensité lors de la prochaine secousse.

Voici quelques moyens influents de régler ces peurs sur le plan mental et émotionnel.

Ce qu’il faut conscientiser lors d’une peur:

Ce qu’est un être humain par nature (tout ce qui peut nous venir en tête de négatif à cet instant, ne sont que des peurs que nous avons créés dans notre réalité.) Car en fait.

Nous, être humain, sommes équilibre et rationalité.

Nous sommes juste et bienveillant.

Nous sommes bon et avons le sens moral.

Il n’y a que les peurs qui peuvent polluer ces états d’êtres et rien d’autre.

Lorsque nous critiquons une personne dans notre champs de conscience, c’est pour nous faire intégrer en nous ce que nous ferons subir aux autres.

Ne le faisons plus. 

Exemples:

Lorsque nous disons que le monde est injuste parce que les riches sont des personnes mauvaises qui s’accaparent toute la richesse, nous entrons simplement dans la peur ne de pouvoir partager toutes nos propres richesses personnelles ou matérielles.

L’unique richesse est dans le partage. Car quand nous partageons avec les autres, nous sommes toujours dans le cercle du partage, et donc nous sommes riche aussi. 

Lorsque nous disons que les autres ne font pas ce qu’il faut faire et que ce n’est pas juste, comme par exemple rester chez soi lors du confinement du « printemps de l’éveil » . Notre désir d’évasion est si grand que c’est par les autres que l’action se crée. Le confinement n’est pas vraiment dans nos valeurs profondes, car nous sommes emprunt de liberté qui se concrétise par les autres et parfois par nous-même ( pour toujours de très bonnes raisons 🙂 )

Nous avons simplement peur de voir notre futur disparaitre à cause des autres, alors que les autres c’est nous, et que ce qu’il se passe aujourd’hui, nous l’avons souhaité du plus profond de notre être, alors…

…accueillons la manière que prend ce changement pour venir se concrétiser dans notre réalité.

Ce passage où les personnes allaient entrer en communion avec le bien de tous, nous l’aimons.

Cela nous demande un grand travail intérieur et c’est pour cela que nous sommes confinés. C’est parce que nous avons besoins de rassembler tout notre être dans une expérience de conscience, afin d’évoluer.

La marche est haute, mais à notre portée.

La peur d’un monde plus juste où tout est repensé, est une peur légitime et il nous faut accepter tout ces états d’êtres extérieurs pour pouvoir les intégrer en nous. Toutes les visions des autres, je n’y adhère pas forcément, mais je les accepte.

Je ne veux pas être trop long et si vous souhaitez plus de détail sur comment le vivre plus sereinement, je vous propose de me contacter.

conscientisé et écrit le 31 Mars 2020. 

Merci,
Chris. 

l’effet Papillon

Nous n’étions pas libres.

Libre de penser et libre d’être. Contraint, forcé à aimer ce que les autres « nous » , nous forçaient à aimer et même si on pouvait nous parler de liberté, nous n’étions pas libre.

Aujourd’hui la liberté d’être résonne comme un acte de courage, un dévouement envers nous-même et tout ce que nous faisions appartiendra, très bientôt, à notre passé et sûrement même, disparaitra très vite des lignes de temps.

La peur est légitime, car comment aurions-nous pu nous imaginer vivre ce moment d’enfermement, prémices de ces jours où nous allions enfin comprendre ce qu’est d’être conscient. De la peur d’un saut dans le vide où tout est à construire, mais en même temps où tout est déjà là, et dont nous n’avions aucuns pouvoirs sur les choses, ou que nous pensions avoir aucuns moyens de mouvements.

Toutes ces choses que nous avions pourtant créé de nos mains et au prix de nos vies passées et présentes. Esclave est le mot qui résonne dans mon âme, à cet instant. Esclave du temps, de notre temps.

Le temps, nous disait-on, n’existait pas. Et en effet, notre temps nous était confisqué, récupéré, volé par ces parties de nous qui étaient beaucoup trop contrôlantes pour que nous puissions être dans notre temps, car les autres c’est nous et nous sommes le monde.

 Mais à partir de maintenant, notre temps va nous être rendu, pour aussi longtemps qu’il sera nécessaire, afin de devenir, et donc être véritablement. 

Ce temps que nous n’avions pas était notre vie entière, à travailler, construire nos égos, offrir aux plus choyés de ce système leurs bonheurs éphémères.

 Alors Nous faisions, mais quand étions-nous ?!

Quand prenions-nous le temps pour pouvoir véritablement toucher de l’esprit et du bout de nos doigts meurtris par le faire, ce temps qui nous était imparti afin d’être ?

Peut-être à la retraite !!?

Non car n’ayant pas la capacité de comprendre que la vie était d’être, nos « nous » continuaient à faire jusqu’à ce que le départ survienne brusquement afin d’à nouveau  revenir faire.

Alors vient ce moment de chrysalide que pratiquement personne aurait-pu percevoir ne serait-ce qu’au début de cette nouvelle année. L’info je l’avais sûrement eu de manière intuitive, lorsque j’avais écrit ce papier sur ce même blog et que je vous avais dit que l’année 2020 était la première année du grand changement qui déterminerait les dix prochaines années comme nulles autres pareilles. Mais comment aurais-je pu imaginer à cet instant recevoir quelques bribes de cette énergie de changement annoncée et qui prendrait forme aujourd’hui sous les traits de cette mutation de société.

Car oui, à cet instant, je commence à comprendre les outils qui mettent en place un nouveau plan que certains appellent le plan divin,  et même si il est encore trop tôt pour espérer comprendre et avoir la vision d’ensemble, croyez-moi si je vous dis que le monde va changer très rapidement dans les quelques mois qui vont suivre.


Pour beaucoup d’entre-nous c’est la peur qui domine ce moment. Car au-delà de cette épidémie annoncée par ceux qui font autorités, et qui nous obligent à nous confiner, nous cloitrer le plus claire de notre temps chez nous, cet arrêt brutal de nos activités nous envahi de questions et des psychoses qui s’y lient.


Mais quel suite va produire ce moment ou l’on stop notre société ?

A cela vous pourrez avoir des millions de réponses possibles, venant des «  Cogiteurs » qui viendrons poser leurs égos sur les chaînes d’informations.

Mais auront-ils vraiment pu analyser la situation dans son ensemble ?

Que peut devenir une société à qui ont va priver d’occupation et en même temps offrir de véritables loisirs de sens ?


A moi, une seule véritable réponse me vient: Ce moment dans la vie d’un papillon qui lui permet de passer de chenille, pour enfin découvrir qu’il possède des ailes et peut enfin voler et être.

Qui sais ce que peut vivre spirituellement une chenille, lorsqu’elle vit cette chrysalide pour devenir le magnifique papillon qui vivra sous les auspices de l’air et de la nature.

Le confinement qu’il nous est demandé va, j’en suis sûr, nous permettre de nous rassembler en nous et à travers ce changement majeur que se prépare à vivre notre société, pour enfin, que l’on puisse devenir ces êtres complets, légers et vivants que peuvent être les papillons virevoltants dans nos jardins d’étés.


Alors je sais que lorsque l’on analyse ce qu’il se passe à l’intérieur d’un chrysalide, tout est complètement détruit et reconstruit. Mais je sais aussi que c’est pour beaucoup mieux.

Ce que nous ne savons pas, par contre, c’est comment le vit cette belle créature ?. Il se peut qu’elle soit emprunt de doutes et de peurs comme nous  pourrions l’être à ce moment. 

Ce que je vous propose déjà, c’est de préparer le plus sereinement possible, ce moment de grande incertitude et de transformation, afin de vivre au mieux notre période de changement intérieur.

Nous sommes des milliards de chenilles qui vont devenir des papillons, alors serrons-nous les coudes et unissons-nous en esprits afin de nous transformer tous, en de sublimes créatures toutes uniques et complémentaires. Devenons des êtres libres, c’est le prix de notre bonheur. 

rédigé le 17 Mars 2020.

Merci de m’avoir lu, Chris.

Merveilleuse année 20/20

Bonjour les amis,

que de chemins parcourus en 2019 et que de moments intenses traversés pour le bien de nos êtres. Car c’est ce que nous souhaitons tous en fin de compte, vivre des aventures. L’année précédente fût riche en émotions, en communications et pour ma part elle fut parfois compliqué à gérer. Mais c’était pour notre propre évolution et pour nous préparer à vivre cette période exceptionnelle qui pointe le bout de son sentier. Comme si on venait d’écarter les feuillages pour trouver ce nouveau chemin.

Alors prenons notre bâton de pèlerin et ouvrons la voie de cette décennie qui ne sera comme aucune autre pareille. Pensez à noter quelques petites choses concernant cette époque d’aujourd’hui, car lorsqu’en 2030, nous regarderons rétrospectivement cette époque d’aujourd’hui, le monde aura tellement changé que nous aurons du mal à le croire. Et à imaginer même ce qu’elle fût.

Nous attaquons une nouvelle année 2020 de construction et de travail sur le plan émotionnel, spirituel et moral, avant tout et cela a déjà démarré très tôt dans cette année. De voir un continent qui brule pour que nous comprenions bien mieux les enjeux de demain qui sont déjà de notre ressort actuel. L’humain a de beau qu’il peut soulever des montagne et modifier le temps et l’histoire lorsqu’il s’en donne les moyens. Alors travaillons ensemble et construisons un progrès qui ne sera pas que celui de quelques uns, mais qui englobera la résolution de toutes les causes de notre belle humanité qui entre en conscience.

Je nous souhaite de construire une audacieuse année 2020, comme le début de cette ère où l’humanité va réinventer l’humanisme.

Paix, joie et amour à tous.

Chris.

il n’y a pas d’artistes clivants.

Marina Abramović.

Dernièrement j’ai rencontré l’art de Marina Abramović. c’est une artiste performeuse qui s’est illustré dans l’art de montrer les peurs et les limites que nous avons tous face à la violence et la mort. je ne vais pas énumérer ses différentes prestations, je vous laisse le choix de la rechercher sur internet si vous le souhaitez. Vous allez tomber sur pas mal de choses à son propos comme l’ensemble de ses oeuvres de performances artistiques dans et durant lesquelles elle se met en scène en tant qu’être ou objet afin de proposer sa vision du monde matériel. Son institut des performances immatérielles, le MAI . Ses rencontres et implications avec des personnes politiques, entrepreunariales , artistiques immorales (véridiques ou pas, là n’est pas mon propos), mais qui démontre que le miroir de nos peurs et nos démons est bel et bien l’objet de l’art de Marina Abramović. 

Car oui, l’art de cette performance artiste peut déranger, asphyxier, épouvanter, confronter, émouvoir nos êtres, par la force avec laquelle il fait résonner l’humanité dans ce qu’elle a de plus terrifiante et mortifère. Mais le but premier de Marina Abramović n’est pas de se mettre en scène pour exhiber sa propre valeur au monde. Son but est de nous montrer à quel point nous passons devant des informations et des images terribles, sans susciter en nous la moindre émotion qui nous permettrai de grandir en tant que civilisation.

je vais prendre un exemple concret:

Hier j’ai vu passer devant moi, dans la rue, un camion qui transportait un cheval. Mais ce n’était pas un de ces camions pour chevaux de course souvent tiré par un gros SUV ou une camionnette et qui va ou revient d’un hippodrome. C’était un camion dans lequel on transporte les animaux qui vont à l’abattoir. Et soudain j’ai pris conscience que ce cheval allait mourir dans quelques minutes à quelques heures. Le symbole de l’extension de l’homme à voyager et conquérir le monde n’était plus qu’un morceau de viande qui allait atterrir dans l’assiette de l’inconscience.

ça m’a fait réfléchir sur la condition de l’être et de l’animal face à ce que nous sommes en tant qu’esprit. Comment pouvons nous encore manger du cheval, voir de la viande, à une époque ou ça n’est plus nécessaire, voir même néfaste à notre environnement. 

Pourquoi mangeons-nous encore de la viande issue d’élevage, à part perpétuer une vision d’une société basé sur la simple consommation et pas sur l’intelligence collective ?

Pourquoi utilisent-on encore la guerre comme premier outil d’échange entre les êtres différents, mais pourtant si semblables ?

Pourquoi appauvrissons-nous toujours plus la moitié de notre humanité pour nourrir nos propres peurs du vide ?

Marina Abramović intègre dans son art cette relation que l’on a encore avec la violence inutile. Les guerres, la destruction immorale de l’être remis au simple objet (de production), la violence faite aux êtres, enfants, femmes, hommes dans la vie de tous les jours. Elle nous démontre à quel point le travail est long pour parvenir à être une civilisation.

Marina Abramović me donne espoir en ce que pourrait devenir l’être humain, si il apprenait de ses pires peurs. Serions-nous capable de le comprendre ou devons nous seulement la bruler comme tous les autres auparavant ?

Marina Abramović performance.

Ce qui clive ce n’est pas l’art ou l’action, c’est notre appréciation de l’oeuvre.

merci de m’avoir lu,

Chris.

La vie des dieux est à notre portée.

Energen-I_wordpress-part_1

1. Polarité.

Toutes les évolutions humaines petites ou grandes, et toutes les technologiques devraient naître du sentiment d’optimisme. C’est d’ailleurs très souvent le cas, et n’en doutez pas une seconde. Mais parfois par le non respect de cette fondamentale et des besoins de chacun, la peur peut venir entraver la bonne marche de l’évolution et venir imposer son éternelle quête de sécurité. C’est un long travail sur soi que s’est efforcé de vivre notre humanité en tentant d’éliminer les peurs contraignantes et aliénantes et fort est le constat qu’il reste un long chemin, même très long  à parcourir encore.

Pour moi, on ne doit et ne devrait pas créer de grandes choses qui naîtraient à partir des sentiments totalement liés à la négativité, la peur ou à la déprime, ce que l’on peut nommer la vibration de basse fréquence de notre esprit. Ainsi l’écoute de chacun devrait être le besoin premier dans l’élaboration des nouvelles choses qui composent la vie d’une société humaine civilisée. Ecouter c’est faire valoir les droits de chacun, et chaque écoute est un premier pas vers la conscience de tous.

Néanmoins l’aspect duel qui caractérise tout dans l’univers, le principe du Yin et du Yang, pourrait laisser croire à une majorité de  personnes que tout pourrait être bâti suivant l’une des deux polarités sans conséquences sur eux, leurs proches, voir sur l’humanité.

Mais ces personnes se trompent, et d’ailleurs se sont souvent des personnes qui en vérité n’adhèrent pas au principe énergétique du Yin et Du Yang. Ils entrent en communion avec leurs doutes et leurs peurs profondes, ces outils qui ont bâti notre Société dite civilisé et moderne.

Mal comprises d’ailleurs, Ces deux pôlarités qui régissent l’univers, sont les deux faces d’une forme unique d’énergie qui est tout simplement l’attraction répulsion que constitue l’amour. Je sais que ces principes ont été bien connus par un passé très lointains, puis délaissé par un grand nombre d’êtres humains et particulièrement en occident, mais l’époque d’une nouvelle ère de conscience remplit son rôle et ces connaissances ésotériques vont reprendre tout leurs sens dans les années et siècles à venir. Tout est parfait. 😉

Cette force, l’amour, est une lumière qui éclaire toutes nos lanternes et toute la création, mais qui demande à être libéré de tout jugement afin d’illuminer l’humain d’une grande sagesse.

Quelques principes à se représenter sont les suivants: Le bien et le mal, le plus et le moins des atomes, le blanc et le noir, etc… sont les fonctions obligatoires et inébranlables de l’équilibre de l’univers et de la création, et lorsque l’on veut « détruire » le mal, en y accordant tant d’énergie et bien on l’amplifie inexorablement. Alors que le mal, le noir, le négatif, etc… ont leurs valeurs et leurs fonctions dans l’univers et la création. Ces savoirs furent connus des plus anciennes sagesses, et font même partie des connaissances physiques actuelles qui on permit de construire des technologies incroyables, et pourtant nous n’avons pas encore été capable de les intégrer dans notre modèle éducatif dès le plus jeune âge.

Nourrir mentalement une polarité la crée dans la matière, c’est lui porter de l’attention, et c’est une loi redécouverte par la physique quantique du début du siècle dernier avec notamment la fonction d’onde qui donne l’acte de présence comme une probabilité de potentiels de créations de la réalité. Pour faire simple, nous matérialisons notre réalité par la conscience d’en être les observateurs et plus nous en sommes, plus ce réel s’impose.

Il faudrait imaginer notre réalité consciente, comme le résultat d’un dessin qui s’actualise dans le temps de manière infini et qui serait issue d’une matrice d’informations fractales qui ne s’adapterait qu’à l’énergie et la polarité que l’on y mettrait. Le tout serait un vaste océan d’informations inconsciente, d’où émergerait notre réalité consciente. 

C’est très schématique et raccourci, mais cette vision était su par les philosophes Grecs (voir même bien avant) et développé par Platon dans sa vision ésotérique de « la caverne ».

j’en reviens souvent aux mêmes fondamentaux, mais c’est très important de comprendre cela.

Nous naissons tous et nous mourrons tous, et vouloir aller contre cela c’est échouer dans notre quête identitaire, parce que c’est la réalité de la vie que nous avons imposé dans notre modèle de réalité. Et la vie n’est que la simple expérience de pouvoir exprimer les lois de polarités de l’univers afin de faire évoluer la conscience globale.  Se reconnecter à ces valeurs, c’est rééquilibrer sa spiritualité avec sa pensée analytique.

Si l’on connaît ces lois de polarités on peut commencer à évoluer vraiment, en et avec conscience.

Et en fait, si l’on ne veut plus vivre certaines choses il nous suffit d’éviter de les nourrir, comme on arrête une addiction. Je prend cet exemple judicieusement, car je sais que pour beaucoup ça n’est pas si évident,

pourrait être un mantra qu’il nous faudrait nous répéter afin d’auto-discipliner notre mental au bonheur.

Energen-I-pour_wordpress

2. Karma.

On pourrait aisément généraliser l’ensemble des lois que l’humain a essayé d’établir par une règle unique:

 » Tout ce que l’on crée, on le reçoit. » 

Tout ce que l’humain a créé pour évoluer, lui sera renvoyé inexorablement par ce principe simple qui a été nommé: le karma ou la loi de résonance. C’est comme les ronds dans l’eau lorsque l’on y jette une pierre, peu importe le temps que mettra à revenir la résonance des vaguelettes, elle reviendra assurément dès qu’elle aura touché un « miroir » et produira son flot de vaguelettes.

 » Mais Alors, est-ce que les gens qui vivent dans l’abondance absolue par l’exploitation exagéré de leurs prochains, se rendent bien compte du prix qu’ils ont à payer, de ce qu’ils produisent. Et les êtres, hommes et femmes qui vivent dans ces pays où l’abondance produit un gâchi incommensurable qu’il font payer au monde du vivant, se rendent-il compte de ce à quoi ils s’exposent. Cette schizophrénie, ne peut que s’achever dans la douleur d’un retour de cette énergie du karma. Et je ne comprends pas pourquoi tant de personnes qui se sont initiés à suivre des formes spirituelles de vie par le yoga, la méditation, l’introspection n’ont pas encore trouvé le moyen d’exposer ce principe de moralité universelle qu’ils ont pourtant appris dans les disciplines qu’ils ont insérés dans leurs vies. « 

 » Ces océans que l’on vide, ces terres que l’on pille, ces animaux que l’on traite de manière intolérable pour terminer dans des poubelles géantes, ces congénères hommes, femmes et enfants dont on accepte la douleur et la misère d’un travail harassant et mortifère, pour posséder toujours plus de choses que l’on accumule dans des placards, semblerait à n’importe quelle personne qui pense comme une insulte à l’intelligence et à l’humanité. » 

Ces deux couplets expriment bien ce que j’ai pu expliquer plus haut, a savoir:

Qu’est-ce que je met dans ma vie ? Quelle définition de la réalité je fais prédominer dans mon existence ?

Par mon acte de pensée, je crée une réalité. Donc une énergie qui prend vie autour de moi et à qui je donne existence.

Dois-je considérer l’ensemble de mes pensées afin de me permettre un jour nouveau plus beau ?

OUI ! INFINIMENT OUI !!!

Car c’est l’unique moyen qui me permet de vivre une expérience d’ordre divine.

J’aime beaucoup l’explication de Franck Lopvet, dans son livre un Homme debout, où il dit que si tu penses que le monde est injuste et méprisable et que l’humanité est nocive pour notre planète, alors ça l’est et tu en fais aussitôt l’expérience.

L’acte de dire et de penser le monde, en crée inexorablement une réalité qui va se dérouler devant tes yeux, même si tu la refuses de toutes tes forces.

Dès que tu entres dans un processus de stéréotype, tu en fais l’expérience, car la matrice universelle et fractale, crée d’une peur profonde, pensée néfaste ou doute, quelque chose qui se développe à l’infini comme les vaguelettes sur l’eau qu’a créée la pierre que tu viens de lancer.

3. Sagesse.

La sagesse n’est sûrement pas issues de la richesse matérielle, mais bien d’une nouvelle approche de la conscience. Serions-nous si riche d’immoralité que nous pourrions subvenir et évoluer ?

j’entends des gens qui se disent sages, mais qui en même temps ne se préoccupent pas de rassembler les peuples autour du projet commun d’aimer notre humanité.

Je crois que les peuples du monde ont maintenant la possibilité de devenir des sages et de s’affranchir des anciennes fausses promesses précaires.

J’aimerais vraiment voir un jour tous les peuples, main dans la main et pas seulement pour faire une belle photo. J’aimerais qu’il sache que je les aime et que je crois en eux.

j’aimerais voir ce jour prochain ou l’on n’abandonnera personne et l’on pèsera ses actes en âme et conscience pour que la loi du karma puisse revêtir une parure faite d’amour, de gratitude, de paix et de sagesse. Alors nous apparaîtrons les moyens d’évolutions qui feront de nous des dieux, ce que nous sommes déjà assurément à l’intérieur.

Chris 🙂

Energen-I_wordpress_part_2

Paradoxe de Fermi

 

Cet essai de la chaîne Ex Materiae qui voudrait répondre au paradoxe de Fermi : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? »  est très bien fait et très pertinent, n’en déplaise à certain qui voudraient répondre à la question au même niveau que la question est posé. Alors que nous savons qu’il faut obligatoirement monter le niveau d’exigence et de conscience pour y répondre.

Pour ma part il manquerait d’y intégrer la vision spirituelle qui voudrait que les dieux ne soient pas que des êtres qui auraient évolués au point que leurs technologies les feraient passer pour cela, alors que je pense qu’il n’en est rien en vérité. Car la vision temporelle d’évolution est extrêmement matérialiste, et selon quelques règles de la métaphysique: de ce que ce que l’on pourrait nommer véritablement dieu, ne serait pas la cause du tout mais son but. Ainsi pour moi ce niveau de conscience serait bien au-delà de nos modèles de pensés les plus complexes et incompréhensible à mon humble niveau.

merci à Ex Materiae pour nous proposer ce genre de video qui met du piment au niveau des neurones. 🙂