L’enfant-lumière

Ce texte fait partie de la nouvelle rubrique: « Les visions de Do ». Dominique m’a fait l’immense joie de me rejoindre sur le blog Néo-humain. Il nous propose ses textes magnifiques et ainsi offre sa vision de l’éveil qui est l’essence même de l’humain meilleur, comme je sais qu’il l’est. 🙂

Les visions de Do

ventilavenir-l'enfant-lumière

L’enfant-lumière.

« Revenez à votre coeur comme on revient au pays natal. » Isaïe.

Si nous allons toujours « vers ce que nous sommes », c’est rarement en ligne droite, et jamais à la même allure. Parfois, le destin nous donne un coup de douce, en plaçant sur notre route les êtres ou les éléments dont nous avons besoin pour avancer ; d’autres fois au contraire, nous piétinons longtemps avant de voir la route à nouveau s’éclaircir…

Il ne faut jamais avoir peur de faire des erreurs, car les erreurs ont souvent la vertu de nous faire gagner du temps. La peur recule à chacune de nos avancées et renonce progressivement aux droits qu’elle avait sur nous.

La peur est notre seul véritable ennemi.

La liberté d’un être, quel qu’il soit, se mesure à sa joie de vivre. C’est le seul indice dont nous disposons (en dehors de la sagesse naturelle qui se dégage de ceux qui ont déjà accompli un certain parcours). Plus un être est évolué, plus il gagne en sérénité. L’âme d’un être réalisé –si l’on en croit le bouddhisme- est plongée dans le vide d’intention, elle n’est qu’une pure présence au monde. Il est relaxant pour tout le monde de n’avoir plus rien à prouver ! Les sages aiment la discrétion, ils savent que le monde des idées est souvent dominé par la discorde. N’avoir aucune idée précise sur rien est paradoxalement la meilleur chose qui puisse nous arriver ! Tant que nous sommes agis par nos pensées, nous restons sur une fréquence mentale, nous faisons tourner la roue perpétuelle qui fait resurgir toujours les mêmes motifs. Ceux d’entre-nous qui se sont un peu observés eux-mêmes ont pu faire cette étrange découverte : nous pensons en rond, labourant inlassablement la même terre, tout au long de notre vie.

Les plus sages d’entre les hommes passent souvent pour de grands enfants, ils sont des êtres qu’on croit naïfs à première vue. Cette naïveté est que le souffle de fraicheur qui s’éveille dans l’âme de ceux qui ont définitivement vaincu les artifices de l’égo.

 

Nous regrettons parfois ce que l’enfance avait de vrai et de merveilleux. L’enfant est d’abord un sage en éveil… mais son psychisme est très vite investi par le besoin de posséder et de plaire. L’égo se forme à reculons, reléguant à distance l’être-de-participation. Des résistances alors apparaîssent. Les sensations naturelles et l’espace d’émerveillement qui leur correspond, se changent peu-à-peu en simples stimuli. L’instinct éveillé devient une intelligence calculatrice. Le sourire n’est plus une célébration naturelle, l’indice d’un coeur heureux et ouvert, il n’est bientôt plus qu’un geste accompli en vue d’une possible récompense.

L’enfant est toujours une source d’émerveillement pour ses parents, mais plus il est gâté, plus les choses se gâtent pour lui, car il rentre alors dans l’économie féroce de la possession et de la frustration. C’est ce moteur à explosion qui va forger son caractère et sa sensibilité propre.

« L’enfant-roi » est au comble de la frustration humaine. Il est un être malheureux à qui l’ont dit sans arrêt : « de quoi te plains-tu, puisque tu as tout ?» Son malheur consiste précisément dans la possession qui a tué en lui toute recherche de bien être. Son droit au bonheur naturel a sucombé à une avalanche d’objets (de jouets) sous lesquels il croule en appelant au secours… Ce petit prince va devoir accomplir une très longue quête avant de se rendre compte qu’il a reçu lui aussi le monde entier en héritage.

« Je veux tout » fût notre première volonté, mais cette volonté de puissance est née sur un vide qu’il faut combler sans relâche. L’illusion de la possession succède à la réalité paradisiaque originelle dont le  corps a mémorisé et encodé la latitude. La joie d’exister est le noyau solaire qui rayonne au centre de notre psychisme. Comme la terre a son soleil intérieur, nous avons le nôtre. La chaleur de l’être caché sous l’écorce nous donne parfois de ses nouvelles. De brusques effusions d’un bonheur inconditionnel éclairent parfois nos yeux et notre coeur. Tout est là, toute notre puissance de vie est concentrée dans ces rares instants d’éveil qui déchirent le voile de notre inconscience.

L’enfant est toujours là, intact. Il est le fil de la matière première. Ses sens jouent encore avec la lumière –mais il vit au coeur d’une forêt dense, c’est la raison pour laquelle il nous faudra parfois une vie entière pour le retrouver…

Dominique, Le 24 Janvier  2016.

Publicités

Les chemins de l’individuation

Je vous présente Dominique, un nouvel auteur au sein du Blog Néo-humain. Ses intérêts pour la philosophie et la quête de spiritualité m’ont poussé à lui proposer de partager ses visions sur notre monde en devenir et la transmutation des nouveaux humains dans l’ère spirituelle qui s’organise. Dominique ou « Do », nous propose la lecture d’un premier texte qu’il a écrit suite à un entretien très marquant que nous avons eu le 23 janvier 2016 au sujet de la quête de sens. Je pense que le sujet de l’individuation est essentiel dans notre chemin de vie et qu’il est temps de démontrer aux humains que chaque personne est différente et que c’est ça la force de l’humanité. La voie spirituelle c’est de comprendre que chaque expérience forme le tout. Christophe

Vous pouvez trouver les poèmes de Dominique ici: itinéraire d’un piéton lyrique

Les visions de Do

Les chemins de l’individuation

A Christophe Barrrachin…

On commence peut-être par pressentir une faille quelque part dans le grand jeu. On ne se sent pas forcément à sa place là où l’on est. Le doute est plus ou moins fort selon les gens et les circonstances, mais il est toujours là , quelque part, pour nous demander des comptes. Au fil du temps, certaines questions deviennent un peu plus lancinantes que d’autres. On sent bien que la vie cherche à nous mener quelque part, mais où au juste ? Les expériences nous individualisent, elles marquent des étapes sur le chemin de la vie. Elles nous contraignent à prendre la mesure de notre responsabilité dans le vaste jeu de rôle où nous nous débattons encore. Le je prends plus de consistance quand il réalise sa nature d’être-au-monde. Jusqu’ici, nous faisions globalement confiance aux êtres et aux choses, mais la réalité du monde gagne en profondeur à mesure que nous vieillissons. Plus nous avançons et plus le monde nous semble devenir complexe. Le labyrinthe est là, il est à la fois en nous-même et hors de nous même. Il est le miroir de l’étrangeté radicale qui vit en nous dans un demi-sommeil permanent. L’expérience humaine ne tardera pas à nous apparaître sous le jour d’une aventure, l’aventure la plus quotidienne qui soit, mais la plus passionante aussi ! Nous sommes conscients que certains actes nous grandissent et que d’autres nous font régresser. Toute notre évolution est conditionnée par l’usage que nous faisons de notre liberté. Nous pressentons parfois une morale profonde derrière les choses, une morale inhérente à notre conduite. Nous sommes des êtres en constante évolution sur une échelle dont les degrés semblent se succéder à l’infini. Nous apprenons progressivement à développer notre intuition, sans vraiment nous en rendre compte d’ailleurs. Nous ressentons de plus en plus le besoin d’évoluer sur une base plus large que celle que nous offre la vie quotidienne. Nous avons besoin de valeurs, même si nous pressentons que la nature du monde n’est régit par aucune règle stricte. Parfois, nous interrogeons l’histoire : à quoi mène cette évolution qui s’étale sur des millénaires ? Sommes-nous aujourd’hui plus heureux que l’étaient nos ancêtres ? Notre besoin de sécurité et de confort ne nous aveugle-t-il pas sur  la nature réelle des choses ? Plus les sociétés « évoluées » se barricadent et se « sécurisent », plus elles paraissent tiraillées de l’intérieur et sujettes à la peur. Plus la peur nous gouverne, plus les monstres se succédent au pouvoir, abusant de leur situation. Nous sommes prisonniers d’un cercle vicieux et cette ironie nous dévisage. Que se passerait-il si nous acceptions la profonde instabilité des choses ? Il est probable que l’homme se soit peu-à-peu éloigné de son essence. Il ne s’est libéré du joug des religions que pour entrer dans une dépendance plus forte à l’égars des systèmes qui ont suivi et qui fonctionnent eux aussi sur un fond de croyance. Croire que le bonheur s’achète est une croyance très répandue de nos jours, en effet. La question de la liberté ne tarde pas à faire surface… Sommes-nous des êtres véritablement libres de nos choix ou des automates qui répondent aux injonctions silencieuses de la société dans laquelle nous vivons ? Certains êtres sous pression lâchent la proie pour l’ombre, l’obéïssance s’avère plus forte en eux que la volonté de s’individualiser. D’autres persévèrent et affrontent leur solitude vaille que vaille. Une multitude de démons les attendent. Le doute est toujours présent, sous une forme ou sous une autre, et le risque est partout. Parfois, la peur reprend le dessus, elle nous replonge dans l’erreur, puis elle s’éloigne à nouveau. De jour en jour, notre sensibilité se développe et nous amène heureuseemnt de meilleurs énergies. La pression normative se relâche lorsque vous rencontrez des gens qui vous ressemblent. La solitude devient moins pesante. Votre réseau d’amis se développe, des rencontres se font, le hasard semble enfin tourner en votre faveur. Il faut du temps, et du courage aussi, pour se libérer du regard des autres… A chaque étape de notre développement, la peur lâche un peu de sa pression, et nous découvrons notre liberté sous un jour à chaque fois différent. Il devient possible alors d’être créatif, et de jouer dans la mesure du possible… La vie n’est pas aussi sérieuse qu’il n’y paraît, elle s’apparente plus à un jeu de construction qu’à une chaîne de fabrication. C’est dans la créativité qu’un être peut prendre toute la mesure de sa liberté. La vie est une énergie, mettre en jeu cette énergie sur le terrain de l’expérience quotidienne est le plus sûr moyen de ne jamais s’ennuyer. Une joie aussi lumineuse qu’irrationelle sanctionne chacune de nos étapes. Elle est un indice dans l’approche du centre. Elle est parfois si grande que l’esprit ne semble qu’une petite localité provinciale à côté d’elle. En réalité, elle a toujours été présente en nous, c’est nous qui, sans le savoir, lui faisons défaut. Nous sommes si sujets à la distraction que la chose reste souvent totalement inaperçue. Vie, joie et lumière ne sont en réalité qu’une seule et même source, et chaque être individué en est l’émanation provisoire. Plus nous sommes présents à nous-même et au monde, plus la joie se fortifie et devient sensible, éclairant jusqu’aux profondeurs insoupçonnées de nos abysses… Une vie ne suffira pas à éclairer le mystère qui est devant en nous, tout ce que nous pouvons faire, c’est ouvrir notre porte afin d’entrer en sympathie avec lui. Nous ne résoudrons pas l’énigme de l’existence, mais nous pouvons à chaque instant nous aventurer un peu plus loin dans le mystère…

Samedi 23 Janvier 2016

Demain, le film d’une belle promesse

Demain-le-film--655x360

Lorsque je suis allé voir le film « Demain » réalisé par Mélanie Laurent et  Cyril Dion, je partais sans a priori, ni idées reçues. Les amis qui m’en avaient parlé me disant simplement: « tu l’as vu le film Demain, vas le voir et on en reparle ». bien sûr j’étais initié aux conférences de Pierre Rabhi et du mouvement des colibris colibris-lemouvement.org. Je connaissais les travaux sur la démocratie de David Van Reybrouck et le travail sur l’économie de Gaël Giraud notamment, et qui m’avaient passionné. Mais je m’étais dit que tant que ces personnes aussi compétentes soient-elles ne seraient pas écoutées, le monde ne vivrait pas l’évolution de conscience humaniste, écologique et économique que j’ espérais pour lui. Je ne m’étais pas pour autant résigné à faire avancer les lignes, faire sauter les barrières de l’idéologie, de l’ego obèse du consumérisme sans queue ni tête que nos chers dirigeants politiques nous gavent à longueurs de lignes de désinformations médiatiques.

Me posant tant de questions pour voir le changement que j’espérais se produire, ma recherche personnelle et ma soif de savoir m’avait amené sur des voies de questionnements plus profondes et plus intérieures sur le sens de la vie, la conscience, la métaphysique et l’univers dans sa globalité, si on peut le concevoir :D. Ma balade complètement hallucinante flirtait, entre la méditation, la recherche de sens et le rapport à l’ego, pour bien comprendre comment fonctionnait l’être humain dans sa forme la plus évolué. Avant de me ramener à des actions plus matérielles grâce entre autres choses à ce film: Demain, en m’offrant des éléments de réponses bien concrets. Comment faire évoluer l’humanité vers un niveau plus haut et plus beau ? 

« Demandes et tu recevras » était la grande vérité de ce voyage qui propulsait ma destinée vers une réalité ou des solutions magnifiques se présentaient à nous. 😉

Demain est la promesse que la vie humaine a de l’intérêt . C’est un de ces films qui donnent du sens à l’humanité, car si le but de l’être humain est de piller les richesses de la planète, mettre en esclavage ou dévorer une partie de la faune et de la flore et détruire le restant et faire travailler la plus grande partie de l’humanité pour le bon plaisir d’une toute petite partie de monstres sans têtes ni coeur, je pense que la direction idéologique qu’a prise l’humanité est la bonne et que sa disparition ne serait pas une grosse perte. Mais Demain nous re-centre sur notre vrai pouvoir de résoudre les problèmes, éliminer les conflits, vivre mieux, consommer mieux, vivre dans le respect et l’amour et construire une humanité en paix intérieurement et extérieurement. Toutes les solutions montrées dans ce film sont des évidences de bons sens et axées sur l’émergence du bien communs. Les seules questions a se poser sont: Pourquoi les politiciens et les personnes qui nous représentent ne sont pas allés vers ces solutions qui ne sont pas basés sur le profit immédiat ? Et comment amener l’humanité vers un monde qui ne verra pas sa disparition?

Les éléments de réponses nous sont montré avec une simplicité déconcertante: Les systèmes éducatifs construit autour du respect des uns et des autres et de la coopération des enfants entre eux et des enseignants. L’agriculture a taille humaine et coopérative sans poison et surtout plus intelligente. L’entreprise écologique et économiquement respectueuse de ses salariés et de son environnement. Les moyens de produire de l’énergie de manière propre, moderne et durable en polluant le moins possible. L’aménagement du territoire favorisant le bien vivre, le propre et l’économie d’énergie. Les projets urbains a taille humaine et respectueux de tous. Les monnaies locales non spéculatives qui font vivre avant tout l’économie d’une ville ou d’une région. Les décisions de groupes prisent en cercle et pas dans un système pyramidale. Et toutes ces solutions d’amours, paix, d’harmonies, de respects et de Bonheurs. Voilà les exemples des solutions que vous verrez dans le film Demain et tout ça a déjà commencé !

Alors calmons l’ego et devenons les acteurs de l’humanité de demain, des néo-humains et si vous n’avez pas encore vu le film Demain et bien dépêchez-vous d’y aller et on en reparle ! 😉

Merci a Cyril Dion et Mélanie Laurent ainsi qu’a toute leur équipe de nous avoir montré ceux qui créent le chemin de la vie belle pour tous. 😉

http://www.demain-lefilm.com/le-film

 

belle année 2016 faite d’amour

L’amour n’a de frontière que celle de notre propre esprit.

Lorsque vous abordez une nouvelle année, souvent votre coeur est plein d’espoir et de joie à l’idée que vous puissiez vivre une année plus belle et exaltante que la précédente. Evidemment si vous avez vécu des événements difficiles comme un accident, une maladie ou la perte d’un proche, il est compliqué de garder l’esprit optimiste afin d’avancer vers du bonheur (bonnes-heures) sans repenser à la douleur que vous avez vécu. Pourtant vous savez au fond de vous que vous ne revivrez pas les mêmes expériences car l’amour guide votre chemin. tout ce que les personnes prennent comme une quête du bonheur est en fait la quête de l’amour.
Ne pas vouloir vivre la maladie c’est commencer par s’aimer soi-même, c’est faire une peu attention a ce que vous consommez ou vous protéger des choses qui vous paraissent néfastes pour vous.
Ne pas revivre un accident c’est aussi faire attention à ce que vous faites, car on sait tout au fond de nous qu’une grande partie des accidents de la vie sont dues à quelques négligences qui peuvent êtres plus ou moins néfastes.
Le cas de la perte d’un proche est plus compliqué a vivre car l’absence de nos chères personnes disparues, même si on sait qu’elles sont toujours là pour nous protéger et nous aider dans notre vie – et ça j’en ai la conviction maintenant la plus intime – c’est la sensation de manque, qui est la plus difficile à vivre. Mais malgré tout on la surmonte en aimant fort la vie et en gardant en nous le souvenir bien présent de ces personnes qui nous ont aimés et qu’on aimera toujours.
Mais ce qui est le plus important dans notre relation à la vie c’est de bien déceler notre ennemi qui bien souvent ne nous est pas bien présenté. Pour cela nous avons une outils extrêmement efficace nous les êtres humains, c’est notre intuition et malheureusement nous avons du mal à nous y connecter. La faute en revient à diverses raisons comme notre éducation scolaire et sociale, les médias classiques qui bien souvent nous font focaliser sur de mauvaises cibles ou notre discernement (ego) qui cherche des solutions hâtives quand il faudrait parfois se questionner intérieurement.
L’énergie qui fait vibrer toutes choses c’est l’amour. De la moindre particule subatomique, jusqu’aux mouvements des univers, c’est la loi d’attraction-répulsion qui fait vivre toutes choses dans ce qui est, et l’opposé de l’amour n’est pas la haine. La majorité des influences qui manipulent notre monde essayent de nous imposer cette idée comme une vérité, mais la vérité c’est que l’opposé de l’amour c’est la peur. La peur c’est l’élément qu’il faut combattre si l’on veut vivre une vie belle et épanouie. L’amour c’est l’association, l’harmonie, le respect, l’idéal, la vie. Lorsque vous aurez réussi a ne pas vivre en pensant du mal de votre prochain parce que la peur vous le fait concevoir comme un ennemi, vous allez accéder a une liberté de pensée qui dépasse les frontières de l’imagination. réfléchissez un peu a l’humanité qu’on aurait si on ne regardait pas notre prochain, voisin ou pays voisin comme un ennemi potentiel.
Les personnes qui ont peur autour de nous essayent d’imposer leurs idées afin de se protéger du seul ennemi qu’ils ont vraiment: eux-même. Et je sais que malgré les résultats de la peur que l’on nous diffuse dans les systèmes médiatiques, les choses sont en train de bouger dans le bon sens et c’est grâce à l’amour. Et toutes ces personnes qui font du tort a leurs congénères parce ce qu’ils sont comme des enfants à qui on a appris uniquement à craindre l’autre, moi je les aimes infiniment et je veux les protéger d’eux-même à travers ce message.
Alors je voudrais vous souhaiter une seul chose pour cette nouvelle année, une chose qui vaut toutes les autres choses réunis. Une très belle année 2016 pleine d’amour.
   

Yoda peut nous aider a y voir plus clair face à la peur.

Non, le monde ne vacillera pas si nous ne voulons pas qu’il le fasse et il nous appartient de continuer a briller haut pour ne pas tomber dans les pièges du coté obscur tant ses stratagèmes sont élevés.
Et Comme le dit Yoda, le grand maitre jedi, symbolisant le bon coté de la force dans le film Starwars (« la guerre des étoiles » en français) de Georges Lucas:
 
« plus facile et plus séduisant est le coté obscur de la force, mais en aucuns cas le plus puissant il est ! »
Je veux vous démontrer que briller haut et fort permet de combattre le mal bien plus fort que de prendre les armes, de céder à la peur ou à la colère !
j’ai pris cette phrase emblématique de la sagesse des maitres Jedi, car elle nous permet par bien des points d’élever notre conscience et offre une symbolique qui n’a jamais été aussi vraie si on la transpose dans notre époque. 😉
Dans un premier temps je veux mettre la lumière sur la référence culturelle indéniable que sont ces films, et dont en est extraite cette phrase, car ils touchent une très grande partie de l’humanité par leurs succès, qui n’est pas lié, n’en déplaise a certains analystes et critiques purement matérialistes, qu’a leurs merchandising efficaces.
Ces films font une importante révision des grands mythes du combat du bien et du mal et les transposent dans notre culture d’après la seconde guerre mondiale.
C’est une notion universelle dans la culture populaire et ces films les posent en archétype, et en y cherchant bien on peut y trouver des subtilités très fines qui y laisse présumer d’un double langage à la fois populaire et hautement symbolique .
Le travail d’orfèvre dans le symbolisme et les mythes sur le scénario de Starwars est dû a Mr Joseph Campbell, un grand spécialiste dans le domaine des mythologies comparées. Et Georges Lucas l’auteur des deux trilogies « starwars » a réussi d’ailleurs à intégrer toute la dimension des  travaux de J. Campbell, comme pour démontrer qu’on peut fortement influencer le succès d’un film grâce à ses sens cachés à partir du moment ou ils font appels a des mythes universels.
Dans Starwars, rien n’a été laissé au hasard au sens propre comme au sens figuré, les couleurs du damier pour l’empire, noir ou blanc voulant mettre de l’ordre dans la diversité de l’univers, des êtres, des planètes et des personnalités. Comme pour rappeler le principe universel de l’ordre sur le chaos de l’univers, ou l’ordre réduit l’information et donc fragilise l’univers ce qui par voie de conséquence le re-soumettra au chaos.
On reconnait volontiers le sabre laser des Jedi comme le pendant des templiers et leurs épées, une référence de certaines sagesses guerrières, mais n’oublions pas que le vrai pouvoir des jedi résident dans la maitrise de la « force ».
Mais « Starwars », la guerre des étoiles, n’est-elle pas tout simplement la guerre des consciences humaines, puisque ne dit-on pas que nous sommes tous constitués de poussières d’étoiles.
 Sur les codes cachés qu’a intégrer G. Lucas, depuis les travaux de J. Campbell, vous avez par exemples un Maitre Yoda vieux de 800 ans et qui correspond à la dernière lettre, le « Z » dans la gématrie haute, ce jeu qui fait correspondre des nombres aux lettres de l’alphabet ou encore pour la gématrie toujours, le calcul de Yoda donne 765 face au 567, miroir du  nombre des lettres formant les noms: anakin+palpaltine (qui sont dark Vador et l’empereur), les ennemis impérialistes, comme un jeu de miroir du bien et du mal. Notez quand même que le nombre le plus élevé reste celui de Yoda qui pourtant est seul face a deux personnages 😉
L’un de ces exemples dont les films sont remplis, sont très bien soulevé par les travaux de Mr Paul-Georges Sansonetti, conférencier à la Sorbonne dont vous pouvez trouver les livres sur le sujet qui vous offrirons une vision encore plus vaste de ce qu’a pu faire Joseph Campbell sur ces films.
Dans un second temps j’aimerais que vous réfléchissiez à la dimension spirituelle de cette phrase et du film dont elle est extraite, car je crois qu’elle nous offre la mesure de notre discernement:
On le sait tous, la facilité dans notre société est de se laisser aller à la critique gratuite, aux mouvements de masses et à la rancune. Et parfois même sans s’en rendre compte.
Si nous nous laissons manipuler par des discours dirigés politiquement ou par des personnes manipulatrices dont l’ego avide d’argent et de pouvoir soient si démesurés qu’ils en perdent eux-même pieds, et bien nous risquons de perdre notre discernement et d’alimenter à l’unissons des idées ou comme certains les appellent des « égrégore » négatifs qui nous conditionneront a vivre des situations insupportables.
Il semble que la construction actuelle de l’inconscient collectif nous attirent vers une version plus sombre de notre humanité. Céder à la peur c’est céder au coté obscur de la force.
En tant que conscience incarnée, vous êtes ce jeune apprenti jedi qui doit accomplir son destin et choisir de vivre l’amour et le bonheur ou bien se perdre et souffrir. La métaphore peut vous paraitre un peu démesurée mais croyez-moi elle est bien de ce niveau là.
Choisissez d’avoir peur et de douter du bienfondé de la vie en tant que belle expérience, c’est vous préparer a tomber du coté obscur de la force et souffrir.
Accepter de recevoir tout le malheur du monde au travers des médias ou accepter qu’on vous impose des lois de plus en plus strictes et liberticides pour votre « bien » supposé, c’est vivre dans un monde que vous n’avez pas choisi, personne ne veut volontairement vivre dans le malheur et encore moins dans celui des autres.
Les force sombres en présences essayent de maintenir un système financier à l’agonie qui ne sait plus comment drainer la richesse du peuple qu’en déstabilisant des pays proches et imposer des mesures guerrières.
Ces forces essayent de nous faire entrer petit à petit et plutôt durement dans le coté obscure de la force. Toutes les techniques de manipulations les plus anciennes et les plus vils se construisent devant nous et le moyen que nous avons de les opposer c’est notre discernement et notre capacité a ne plus accepter d’y adhérer.
Ne vivez pas les douleurs qui ne sont pas les vôtres, pensants qu’elles le sont.
Oui, c’est triste de voir des gens mourir dans l’injustice et la douleur, mais c’est a travers l’amour et la compassion que vous pouvez les aider et pas la haine et le rejet de l’autre ou la peur, qui sont des sentiments contreproductifs dans votre vie. n’oubliez pas que c’est vous qui êtes aux commandes en tant que conscience. Et ce jeu de manipulation provient de votre conscience qui cherche à vous culpabiliser de vivre un bonheur qu’elle veut poser comme inaccessible, manipulé par l’inconscient collectif. Pourquoi la laisser faire alors que le bonheur se vit au jour le
jour ?
Alors restez libre de penser que vous vivez dans le bonheur et que tout se construit tel que vous l’avez décidé et soyez un jedi.
Ce que je vous dirais pour conclure c’est qu’il n’est pas nécéssaire de souffrir pour être incarné en conscience. Vous n’êtes pas obligé de suivre tout les « mal-heurs » du monde à la télé ou dans les média pour vivre en pleine conscience votre belle vie. Acceptez de vibrer haut et du bon coté de la force et si vous avez besoin de le justifier en aidant votre prochain faite-le mais n’oubliez pas une phrase très importante de Yoda lorsqu’il propose a Luc Skywalker de sortir son vaisseau spatial du marais, alors que celui-ci arrive déjà a soulever des pierres grâce à la mystérieuse force:
« le vaisseau n’est pas différent de la pierre, seulement dans ton esprit, il est » dit Yoda
Et en substance Yoda amène le plus grand des concepts qui a fait des miracles depuis des millénaires d’existence de l’humanité, il dit a Luc l’apprenti Jedi lorsqu’il lui demande de soulever le vaisseau en utilisant le pouvoir de la force
« n’essaye pas de le faire, fais-le ou ne le fais pas ! »
Et je crois que tout est là dans notre vie 😉
je vous met l’extrait, ce sera bien plus parlant 😃
Merci de m’avoir lu.
Christophe

Pardon

pardon-neohumain
Imaginez que vous êtes une créature d’une grande capacité intellectuelle, d’une très grande sagesse et d’une capacité d’amour incommensurable. Quelqu’un qui serait capable d’accepter toutes critiques, tous jugements et toutes agressions verbales et physiques avec respect et écoute de celui qui projette sur vous ses craintes, ses doutes ou sa colère.
Imaginez que vous puissiez être l’un de ces êtres ascensionnés que l’on décrit dans toutes les grandes religions, ou à travers des grands moments de l’histoire, ou tous ces grands hommes ou femmes de paix décidèrent, dès leurs naissances ou à des moments clés de leurs vies de ne pas répondre de la violence par la violence.
Imaginez que vous ayez pris conscience que la violence du verbe ou des actes n’étaient à aucun moment de la vie une solution envisageable pour régler un quelconque problème. Parfois il y a des gens qui maltraitent d’autres personnes qui leur sont proches et pour qui ils devraient êtres infiniment plus patients mais parce qu’ils se sentent en supériorités, n’ont pas conscience de ce qu’ils devraient êtres envers eux.
Imaginez que ce que vous faite aux autres, vous le faite à vous-même.
Et bien sachez que toutes ces idées sont vraies et méritent votre attention.
Vous avez tous le potentiel d’un grand maître de sagesse, car vous êtes une conscience exceptionnelle relié à toutes les autres consciences dans l’inconscient collectif. Ce qui est un tout qui peut-être assimilé en termes de pensée ce que certains appellent dieu, la source, le grand tout, la grande conscience etc…
Le tout est d’en prendre conscience afin de re-devenir cet être qui n’a qu’un seul mode de pensé l’amour.
Ce qui est compliqué à résoudre et qui peut prendre toute une vie, voir ne jamais se produire de son existence toute entière, puisque notre vie on l’observe et on l’analyse a travers le prisme de l’ego. Et l’ego n’est que la vision de notre univers à travers des connaissances non validés par nous mêmes.
Tous les enfants qui naissent sont des maîtres ascensionnés, mais dès leurs arrivés au monde, le niveau culturel, économique et social dans lequel ils arrivent va commencer à conditionner leurs ego et formater leurs visions de leurs univers. Et si ils ne veulent pas être rejeté pas la société qui les a vu naître ils vont être obligé de laisser valider leurs expériences et leurs connaissances par cette même société et devenir de bonnes petites personnes bien conformes à leur société. Ils acquièrent des méthodes, des connaissances et des valeurs qui sont conformes au modèle dans lequel ils vivent, mais pas du sa-voir.
Le savoir c’est la vraie émancipation de l’être pas sa propre expérience et c’est grâce à cela qu’on arrive à se soustraire de l’irrationalité de notre société si imparfaite.
Comprenez bien que je ne jette pas le discrédit sur notre société (enfin un petit peu quand même mais bon 😉 ). Si vous ne pouvez vous séparer du jugement d’un acte à travers la vision des autres vous ne pourrez pas accéder à ce niveau, cette élévation ou vous n’avez plus de jugement que celui de votre coeur. Le niveau que vous aviez lorsque vous êtes né et que vous avez commencé à détruire à travers les actions des autres à votre égard. Le sujet est vaste mais la relation qui se construit avec les parents, les enseignants, les amis, les collègues, les personnes autour de vous, le système de gouvernance dans lequel vous vivez, toutes ces micros informations et intentions vont vous séparer de votre créature divine. Car se sont des ego qui vont vouloir prendre l’ascendant sur vous. En fait, je pense que tous les actes de pouvoir, même le plus infime, sont des actions délibérées de l’égo.
Mais il y a un outil, un mot magique qui peut vous permettre de retrouver votre état divin, si peu que vous puissiez avoir assez d’amour et de patience pour pouvoir l’appliquer dans tous les actes de votre vie.
Le pardon est une force incroyablement puissante pour vous élever au plus haut de votre être. Quand vous pardonnez réellement et profondément, vous accédez à la paix intérieur, celle de l’âme. Lorsqu’une émotion négative vous submerge, pardonnez là immédiatement à la personne qui vous la fait vivre, cela vous permettra de ne pas être dans le jugement et de pouvoir répondre à travers le prisme de l’amour. Ainsi vous pourrez aider la personne qui vous fait vivre cela et lui faire prendre conscience de son acte et c’est le meilleur acte que vous puissiez faire pour lui.
Je me souviens d’une anecdote qu’avait raconté un lama bouddhiste qui avait vécu durant quinze années avec un grand lama et ne l’avait jamais entendu dire le moindre mal de quelqu’un durant tout son temps ensemble. Cet être ascensionné était dans le pardon instantané et inconditionnel.
Vous avez quantité d’exemples d’actes d’amours dans les différents livres des religions qui font état de sagesse de pensée qui refusent le jugement. Le maître mot de toutes les grandes pensées de paix et d’harmonie c’est le pardon.
évidemment de pardonner un ennemi ne découle pas le fait de devenir son ami, mais de lui donner le respect qui lui est dû en tant qu’individu et celui qu’il sait vous devoir parce que  « ce que tu fais à l’autre tu le fais a toi-même ».
Et d’un ennemi tu peux par le respect faire qu’il devienne un adversaire. Et la nuance est grande !
Pardonner aux autres c’est s’aimer suffisamment pour ne se voir que par sa part divine.
Merci de m’avoir lu.
Christophe

Vous êtes le cinquième élément

Bannière 5ième elements
Depuis des milliers d’années, le monde que vous avez validé fait de l’être humain une créature formatée par les quelques dominants afin qu’on puisse rester leurs esclaves.
Dans ce monde de matière, l’être humain est volontaires, travailleurs et profondément bon, ce qui fait de lui un être d’une très grande qualité, car il sait qu’au fond de lui il est un être lumineux.
L’humain est curieux par nature car il est venu évoluer sur cette planète terre pour expérimenter la vie dans la matière, à travers ce corps qui est une merveille d’ingénierie.
Imaginez la cohérence de ces 100 000 milliards de cellules qui font le corps humain. imaginez le patrimoine génétique présent dans notre ADN et dont on ne connaît qu’a peine 6% de sa composition et que la médecine présente les 94% restant comme « ADN poubelle » par ignorance ou mensonge !!
Imaginez que le réseau des quelques 100 milliards de neurones qui animent notre cerveau est comparables aux milliards d’étoiles d’une nébuleuse. Quand on sait que le cerveau ne sert que d’écran et de système de pilotage du centre nerveux, on a peine à imaginer le potentiel presque illimité de la conscience humaine.
c’est pourtant cela le problème de notre humanité, avec son échelle de valeur mise en boite par la rigidité de notre société.
Le potentiel de chacun d’entre nous est limité afin de rentrer dans les cases d’une société dogmatique, créé pour qu’une petite caste d’individualité puisse régner tout en haut d’une pyramide et asseoir leur suprématie toute relative. Mais sachez que la forme pyramidale est une création qui permet d’élever les énergies des êtres qui peuplent la terre afin d’en faire des créatures d’une grande sagesse.
Alors laissez-moi vous raconter une histoire. Une de ces histoires qui ne veut être raconté a personne car alors l’harmonie régnerait sur notre belle terre. Une histoire qui peut être résumé en deux petits mots !
Terre 5elements
REVEILLES-TOI !!!
C’était un petit garçon qui voulais être archéologue à cause des livres sur les dinosaures et des premiers hommes préhistoriques qu’il avait lu. Mais aussi pour son intérêt pour les histoires de dieux grecs, égyptiens, romains, nordiques et toute les faits mystiques racontés par les humains. Il voulait être archéologue pour découvrir les secrets si mystérieux des civilisations légendaires comme les atlantes, car il était fasciné par les secrets de l’humanité et de la terre et qu’à l’âge de 9 ou 10 ans tout est encore possible, rien n’est enfermé dans des coffres gardés par des menteurs. Ce petit garçon était un créateur doué d’un image-in-air débordant. Il s’inventait des histoires incroyables avec ses jouets. Il construisait des maisons modernes, des vaisseaux spatiaux incroyables avec ses Legos ou ses Méccanos. Il faut dire qu’à l’époque dans une boite de Lego on n’était pas limité à construire une seul chose avec un cahier rébarbatif et un nombre strictement limité de pièces comme maintenant, on avait le champs libre et ça pour l’imagination ça change tout !
Donc ce petit garçon plein d’imagination s’ennuyait fermement à l’école, surtout qu’il était un peu lent, car je pense qu’il avait besoin de bien s’imaginer les choses qu’on lui apprenait et l’école n’est pas très bien adapté à cela. On doit comprendre vite des choses parfois très abstraites et souvent inintéressantes. On doit créer autour de thèmes imposés et écouter pendant des heures, des explications sur notre monde qui n’ont de sens que pour les adultes qui les vives, et qui eux-même en cherche le sens toute leur vie.
Je vais prendre un exemples simple avec l’histoire: Comment voulez-vous qu’on apprenne la tolérance et le respect des autres pays, peuples, idées et religions si on nous parle constamment des guerres, et des morts infligées tout au long de notre histoire. l’histoire apprise a l’école baigne dans le sang et les larmes.
Alors ce garçon qui était par ailleurs plutôt docile et conciliant vivota avec des notes autour de la moyenne pour ne pas chagriner ses parents. Il fit ce que lui demandèrent ses parents, tout en gardant son monde imaginaire profondément vibrant en lui, se construisant tout seul, au dessin, a l’informatique, aux travaux pratiques et aux choses de la nature. S’intéressant a toutes sortes de sujets, souvent lié à la création et à l’évolution, mais en décalage perpétuel avec la société dans laquelle il vivait, car il savait au fond de lui que cette société marchait sur la tête et qu’il ne pouvait y adhérer.
Ce garçon devint adulte et fit ensuite ce que la société lui demandait de faire, travail, famille, vie sociale, mais il gardait au fond de lui sont indépendance intellectuelle, le mettant souvent en marge par ses idées hunanistes, mais lui ne le vivait pas mal, il espérait qu’un jour, ses idées sur une société plus juste et surtout plus intéressante serait peut-être le futur.
Les choses avancent souvent sur le bon chemin sans qu’on s’en soit rendu compte et le jeune chercheur de vie devint un temps anthropologue et sociologue, cherchant pourquoi les sociétés humaines faisaient ainsi souffrir les gens qui les font exister, et philosophe pour comprendre la manière dont pensaient l’être humain et pourquoi en courant après un bonheur futur, les humains créaient une vie entière dans laquelle ils étaient malheureux.
Et puis ce garçon qui pensait être un adulte, le devint vraiment en comprenant que le bonheur était un état d’esprit qui ne se complaît pas dans les choses matérielles, mais dans la connaissance de soi. Et là ses portes se sont à nouveau ouvertes comme quand il était enfant et qu’il voulait être archéologue et ainsi il le devint. Il s’intéressa à nouveau aux vestiges de l’humanité et se rendit compte que certains chercheurs se posaient les vraies questions et qu’une partie des objets et vestiges du passé étaient mal compris et que l’idées même de leurs fonctions étaient contradictoires avec le sens qui leur avait donné  l’archéologie classique. Etait-ce un problème d’ego de ces archéologues qui ne cherchaient plus et qui ne pouvaient admettre l’erreur ou pire un dogmatisme envers une société qui ne savait se remettre en question sans craindre l’effondrement ? Car pour lui cet adulte devenu, ces questions avaient cette importance là, la remise en question de la fonction sociale du travail.
Ce nouvel adulte qui s’éveillait, comprit que le dicton: « je croie qu’a ce que je vois ! » n’a qu’un but. Celui de fermer les esprits ouverts, car qui pourrait admettre toute la science de l’infiniment petit à l’infiniment grand si on devait seulement la voir. Qui devrait admettre les technologies ondulatoires, tel le laser, les micro-ondes, le wifi, les ondes radio et télédiffusées et j’en passe de toutes sortes si l’on devait les voir pour y croire !
Il se dit qu’aucun sujet tel que la spiritualité, la vie après la mort, la vraie connaissance de la santé, l’ésotérisme, l’alchimie et la conscience ne devaient être traités avec les barrières des savoirs non validés de l’ego.
Long fût le chemin pour cet humain qui, libéré de toutes ces barrières mises en places lors de son passage à l’école et des informations faites de surenchères d’informations non validées par une société malade, vit s’illuminer un chemin de connaissances incroyables sans communes mesures avec les savoirs étriqués d’un monde travailliste et éternellement inassouvi.
Ce garçon devenu éveillé sût qu’il était au centre de toutes les choses les plus importantes qui font la vie, il était une conscience unique connecté à la source de toute la connaissance du tout et que son expérience, en la vivant, il la partageait avec cette source et que lorsqu’il se posait une question, la source faisait en sorte de lui donner la réponse. C’était une collaboration bienveillante qui était le vrai sens de la vie.
 air 5elements
Et vous,
vous êtes vous jamais posé la question de savoir pourquoi vous ne viviez pas la vie que vous vouliez vivre, ou que vous vous sentiez enfermé dans votre vie comme dans une sorte de prison ou tous est limité et que tous vos rêves semblent impossibles à réaliser ?
Et bien si la réponse est oui alors, c’est que le travail qu’à construit l’inconscient collectif à travers le système politique, économique, religieux, culturel et social à été exemplaire, car toutes ces constructions dogmatiques ont réussi a vous séparer de votre partie divine reliée à la source, celle qui sait ce qu’elle veut faire et dont le pouvoir est illimité !
Mais imaginez un peu la prouesse qu’ont réussi ces pensées afin d ‘enfer-mer l’être omnipotent et omniscient que vous êtes:
De vous faire croire que vous existiez pour le travail et dont le profit ne vous était pas directement destiné, mais distribué en grande majorité a des maitres qui seraient aux dessus de vous et dont le rêve est d’asservir les autres consciences alors qu’en vérité, il n’y a rien au dessus de vous puisque vous êtes une part de la source divine.
Vous pensez que la vie n’est qu’injustice, qu’elle vous méprise, vous ignore et qu’elle aurait pu être tellement plus belle, comme dans les contes de fées.
Eh bien Sachez une chose des plus importantes; tout ce que vous ressentez à travers votre vie c’est vous qui vous l’avez créé et personne d’autre !!!
Ne croyez pas que je vous assène une vérité mauvaise à dire pour que vous ne vous apitoyiez pas sur votre sort, comme beaucoup de donneur de leçon. Loin de moi cette idée !!
Je vous dirait même d’être indulgent avec vous même, car comment auriez-vous pu savoir que vous étiez votre propre créateur puisque le système entier dans lequel vous vivez a tout fait pour que vous ne puissiez pas dévoiler votre véritable puissance créatrice.Vous devez « vous » revendiquer votre propre vie de bonheur en réalisant que vous êtes le créateur de vos rêves.
Alors si vous voulez vous remettre au coeur de votre vie il suffit de vous le demander, car vous êtes une merveille. en fait nous sommes tous des merveilles faites pour expérimenter sur la terre toutes sortes de choses afin de faire évoluer nos consciences et la grande conscience source.
feu 5elements
Les dernières théories de la physique vous échappent peut-être, voir sûrement ou ne vous intéressent pas ! 😀
Et pourtant elles ont une leçon bien plus importante que le fait de vous apprendre comment l’univers s’est créé ou pourquoi lorsqu’on met de l’eau et de l’huile dans un verre, les deux ne se mélangent pas  😀 ou toutes autres connaissances futiles au regard de votre vrai pouvoir de créer !
Ces dernières années, la physique a fait de tels progrès, qu’elle a réussi a nous expliquer que la conscience n’était pas strictement dans notre cerveau, mais qu’elle était au coeur de l’univers, relié à une sorte de grand cerveau et que toutes les consciences de tous les êtres humains y étaient reliées. Et que toutes les informations qui transitent dans ce réseau quantique, tout le monde peut y accéder. Il suffit de le demander et de bien écouter la réponse qui revient a nous.
Suivez les travaux de Philippe Guillemant (chercheur au CNRS) dont les multiples compétences lui ont permis d’ouvrir les portes de la conscience source, ou Jean-Pierre Garnier Malet (physicien des fluides) et grand spécialiste de la loi d’attraction dans son concept du dédoublement du temps à travers le sommeil paradoxal ou bien les travaux de Nassim Haramein sur le quanta du vide et l’univers connecté qui sont de bons exemples pour démontrer que la physique a désormais embarquée sur des courants de pensés novateurs et pleins d’espoir pour la compréhension de la conscience et ses interactions dans les technologies de demain qui dépassent de loin l’entendement.
Alors imaginez un peu un monde sans souffrances, abondant, beau et plein d’êtres divins qui coexistent. Et bien ce monde existe que si vous le voulez car dès que vous aurez commencé à vous détacher des malheurs du monde que nous distillent les informations télé, radio et journaux. Dès que vous aurez pris conscience que la planète sur laquelle nous vivons est d’une beauté sans limites et qu’elle est l’abondance même. Dès que vous aurez compris que le pouvoir de générer de l’humanité dans tout est en vous puisque c’est ça que vous êtes, une conscience humaine. Alors le monde sera ce que vous en rêviez !
Pour cela vous avez à faire un travail en vous, mais celui-ci n’a rien à voir avec le travail que vous vous obligez à faire dans la matérialité. Il est bien plus simple !
Vous devez juste croire que vous êtes une merveilleuse conscience capable de tout !
Autour de vous votre conscience a co-créé la matière dont les éléments alchimiques de base sont l’eau, le feu, l’air et la terre. Et vous, vous êtes l’alchimiste qui utilise de manière inconsciente ces quatre éléments pour créer votre réalité. Vous en tant que conscience, vous êtes le cinquième élément. Celui qui perçoit, conçoit, imagine et apporte un sens à toute cette matière afin d’expérimenter la vie.
Vous êtes le magicien de votre vie et les expériences que vous allez vivre seront bonnes que si vous voulez qu’elles le soient. alors réfléchissez (pas trop quand même) à ça. Soyez plus  intuitif et demandez vous vos rêves. 🙂
Et si j’ai juste quelques petits conseils à vous donner:
– éliminez toutes les pensées négatives de votre vie pour ne vous concentrer que sur le positif. Les choses arrivent comme vous le souhaitez alors souhaitez-vous du bon et ne focalisez pas sur le moins bon.
– Ne vous dénigrez pas, même par de mauvais habitude de langages et par extension ne dénigrez pas les autres, car celui que vous dénigrez c’est vous qui le créez ainsi pour vous ! Faites en sorte de ne voir que le bon en chacun de vos proches ou des personnes que vous êtes amené à croiser. Les autres n’aurons pas de mauvaises influences sur vous si vous n’y pensez pas.
– Rêvez le meilleur pour vous et de-man-dez-le vous !!
Vous êtes le créateur, l’alchimiste, la conscience au coeur de votre vie. Celui qui crée le bonheur et l’harmonie pour vous.
Alors pensez-y, en tant que créateur, tout ce que vous pensez se crée pour vous !
Devenez le plus puissant des cinquième éléments.
merci de m’avoir lu. 😉
Christophe
 eau 5elements

On peut tous devenir des humains meilleurs